Messe de l'Armistice 2014

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Messe de l'Armistice 2014

Messe de l'Armistice 2014

 

 

Fin octobre, nous avions appelé à une PRIÈRE POUR NOS POILUS.

(cliquez sur l'image pour en savoir plus)   

" Monseigneur Luc Ravel, évêque aux armées, avec l’accord des évêques de France, avait proposé que dans les églises de toutes les communes de notre pays soit organisé, le 11 novembre 2014, un temps de prière pour ceux qui - du village ou de la ville - sont morts pour la France durant la 1ère guerre mondiale et pour la paix.

Chaque village, jusqu’au plus petit, «se souviendrait». Ainsi partout il serait fait mémoire, sous le regard du Seigneur, de ceux qui sont tombés.
Qu’ils aient été tués à Verdun, sur la Somme ou dans tout autre combat, ces poilus étaient issus d’un village ou d’une ville, ils étaient « enfant de la paroisse ».
Ceci afin que les chrétiens ne les oublient pas. ..."

 

Ce 11 novembre 2014, pour l'Armistice, deux propositions nous étaient offertes : 

à l'église et au monument aux morts.

Deux désirs de mémoire, des morts pour la France, mais aussi pour ceux de tous les conflits, des vœux de Paix pour tous les hommes.

Deux propositions qui nous rassemblaient.

 

 

La prière partagée dans nos églises a apporté une autre dimension en raison des textes bibliques choisis avec l'accord des évêques de France :

 

- Le psaume 21 présenté comme le cri du Christ en croix.
C'est le cri de tous ceux qui souffrent.

 

- L'Évangile nous rappelait « que Jésus a pris sur lui toutes les morts »

 

Une prière pour vivre de ce Dieu des chrétiens qui se fait Le-Tout

Proche, et en particulier dans ces moments où la souffrance, l'horreur,

l'angoisse peuvent nous déchirer, nous isoler...

 

 

Des lettres de soldats ont été lues.

 

L'une aurait pu l'être au monument aux morts, avec son témoignage de ces hommes se battant pour une cause qu'ils pensent juste, leur courage et la violence des combats.

 

L'autre évoquant l'attente de l'aumônier : « je lui déposais le Saint-Sacrement sur la poitrine comme sur un autel vivant... »

 

 

Des deux côtés comme une belle fraternité à l'image de « l 'Anneau de la Mémoire »

à Notre Dame de Lorette, nécropole où les noms des morts de toutes les nationalités sont

réunis,  par ordre alphabétique, amis et ennemis, unis à jamais.

Dany Ch.

 

 

Ndlr : Au monument aux morts aussi la cérémonie fut émouvante. 

 

          

 

 

Merci à Monsieur Mounic pour la transmission de ces photos

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+