La prière de délivrance

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Après avoir consulté médecins, psychiatres, magnétiseurs ou guérisseurs, des personnes se pensant 'possédées' viennent demander un exorcisme. On leur propose le plus souvent de revenir, de consulter un psychothérapeute, d'aller voir un psychiatre car souvent un traitement médical s'impose. Si parfois une prière de délivrance s'impose, il est rarissime qu'il faille recourir à un exorcisme.

IL EST INUTILE DE NOUS ÉCRIRE POUR UN EXORCISME : NOUS NE VOUS RÉPONDRONS PAS.

Il existe un Service DIOCÉSAIN d'exorcisme à l'évêché de Bordeaux, que vous pouvez joindre au 06 11 01 93 28. 
Ne laissez pas votre numéro de téléphone en message : nous ne vous rappellerons pas non plus. 

 

 

Pour l'église catholique, « des cas rarissimes »

 

Fernand Sanchez est médecin retraité, diacre et à ce titre, responsable du service 
« Écoute et exorcisme » du diocèse d'Agen

« Cela fait 7 ans maintenant que nous avons mis en place cette structure composée de 12 bénévoles.

Parmi elles, un prêtre et un psychiatre. Nous tenons des permanences.

C'est vrai, nous avons énormément de demandes d'exorcismes.

Deux à trois chaque semaine. Mais c'est rarissime qu'on finisse par y procéder. »

 

Pour le diacre, les personnes qui sont en demande d'exorcisme ont d'abord besoin de parler, de se confier :

« Elles ont souvent des blessures anciennes. Elles sont allées consulter un médecin, un psychiatre, peut-être un guérisseur.

La demande d'exorcisme n'a en fait rien à voir avec la foi, mais avec la croyance en une puissance susceptible d'en combattre efficacement une autre.

Elles se sont persuadées qu'on leur a jeté un sort, qu'elles sont possédées.

Ce mécanisme est imparable : ce n'est pas de votre faute si vous avez des problèmes, tout vient d'un élément extérieur contre lequel vous êtes impuissant.

Alors tout votre passé est relu à travers cette grille d'envoûtement.

Entretenir la croyance selon laquelle une personne est possédée la déresponsabilise. Car le coup de goupillon et les imprécations ne vont pas les dispenser d'un chemin difficile. »

Les échanges donnent aux écoutants un premier aperçu :

« On leur propose de revenir, de consulter un psychothérapeute, ou parfois d'aller voir un psychiatre car un traitement médical s'impose. »

Pour Fernand Sanchez, les exorcistes parallèles peuvent être dangereux car pour leurs patients leur parole a autorité :

« Et elle leur ôte tout libre arbitre ».

L'église catholique, elle, a, dans chaque diocèse un prêtre exorciste.

En 7 ans, le frère Sanchez ne conserve pas le souvenir d'un cas qui ait, au final, nécessité l'emploi de crucifix et autre litanie. Ite missa est.

 

Publié le 22 octobre 2010 par J. Sch

Journal ladépêche.com

 

Pour notre Secteur, s'adresser à :

Service diocésain d'exorcisme

06 11 01 93 28

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+