2015-02-20: Obsèques de Jean-Christophe, 35 ans.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

2015-02-20: Obsèques de Jean-Christophe, 35 ans.

2015-02-20: Obsèques de Jean-Christophe, 35 ans.

 

Cérémonie d'obsèques de Jean-Christophe, le 20 février 2015, à Salleboeuf


Nous avons été bouleversés par le décès de Jean-Christophe que nous avons connu enfant et qui est tombé sous l'emprise de l'acool et de la drogue jusqu'à en mourir.

 

Nous avons souffert de le voir changer et être mis à terre par ces substances.

 

Il n'était plus celui que nous avions connu car le meilleur de lui-même n'était plus, tant la drogue et l'alcool l'avaient submergé. Il n'était plus que souffrance et blessure.

 

Nous continuons à l'aimer, à prier pour lui, pour sa famille et pour les personnes qui se laissent emporter par les paradis artificiels des drogues, tout spécialement les jeunes.

 

Que le si douloureux décès de Jean-Christophe, parti trop tôt, soit un signe, un déclic, afin que d'autres personnes soumises à l'alcool et aux drogues puissent reprendre pied et lutter pour retrouver la beauté de leurs vies et découvrir l'amour de Dieu pour elles. 

 

Intervention de Stéphanie, soeur de Jean-Christophe

 

Beaucoup parmi vous ont connu Jean-Christophe petit garçon, enfant ou adolescent.

Certains d’entre vous, l’auront aussi connu dans sa vie d’homme adulte.

Ses dernières années, Jean-Christophe les a vécues éloigné des siens car il avait fait un choix de vie contraire aux nôtres.

Par choix et par influence, il s’est mis à consommer des drogues et de l’alcool.

D’abord épisodiquement puis jusqu’à accoutumance.

Ce sont ces substances qui l’ont conduit à sa perte.

C’est à cause de ces substances que nous sommes ici réunis.

C’est à cause de ces substance que notre frère et fils s’est éloigné au point fatal de ne plus jamais être présent à nos côtés.

 

Mais avant ces années noires, avant d’avoir de mauvaises fréquentations, Jean-Christophe n’était pas ainsi. Il était un enfant et un frère, aimant et joyeux.

Bien sûr, il avait des côtés fantasques et des idées parfois un peu « originales » mais il était quelqu’un de bien avec un bon fond, quelqu’un de sensible et qui avait un énorme besoin d’affection.

Jean-Christophe aurait voulu avoir une vie normale avec une femme et des enfants (il adorait les enfants).

 

Comme pour nous, sa propre famille, je vous demanderai d’honorer sa mémoire en ne conservant au fond de votre cœur et de vos pensées que les bons moments que vous avez pu passer avec lui.
 

Pour ma part, malgré la souffrance de voir un frère se détruire et pour lequel je n’ai pu être qu’un témoin muet, je garderai en mémoire le compagnon de ma plus tendre enfance.

 

Nous n’avions que 20 mois d’écart et petits, nous étions complices.
Bien entendu, il y avait des moments « chiens et chats », comme dans toute fratrie.
Il y avait aussi énormément de moments de rigolade.

Je me souviendrai toute ma vie les après-midi à la plage, les vacances à Boursault (propriété familiale) où nous avons découvert la vraie campagne et la nature (Jean-Christophe était l’ami des bêtes, il adorait attraper les têtards, les grenouilles et les salamandres).
Plus téméraire que moi, il me trainait toujours dans des plans « foireux » (au départ mais super drôles au final).

Par exemple, il me faisait dévaler à vélo les champs en pente de la propriété sur les traces des troupeaux de vaches. Moi j’avais peur de tomber et je tirais sur les freins de mon vélo comme une folle. Mais lui il dévalait tout schuss en premier et se marrait quand il voyait ma tête.
 

Déjà petit, il était aussi très bricoleur ; il en a fait son métier.
Je crois que dans chaque forêt ou grange que nous avons explorée, on y a laissé une cabane. C’était le roi de la cabane.

 

Voilà. Ce sont des exemples parmi tant d’autres mais qui j’espère vous montreront à quel point il a pu être différent, avant que ses substances ne l'emportent.


Je suis certaine que des anecdotes avec lui vous en trouverez et qu'elles vous feront sourire, voire peut-être même rire.

 

                                                                                Stéphanie    

 

Que Jean-Christophe repose dans la Paix de Dieu, dans le vrai 'Paradis' où l'Amour de Dieu l'a accueilli pour le consoler des turpitudes qu'il a dû traverser sur terre.
 

Repose en Paix dans la tendresse consolatrice de ton Père du Ciel, Jean-Christophe, enfant de Dieu par ton baptême.

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+