Qu'est-ce que la Bénédiction ?

QU'EST-CE QUE LA BÉNÉDICTION ? Le 'dialogue de Bénédiction' entre Dieu et l'homme. Les diverses bénédictions : les personnes, la table, une médaille.... Deux regards différents. Deux enseignements du Père Cassagnac, prêtre du diocèse d’Albi et du Père Philibert, prêtre du diocèse d’Avignon pour nous éclairer.

QU'EST-CE QUE LA BÉNÉDICTION ?

(D'après l'enseignement du Père Cassagnac)

 

Étymologie du mot bénédiction : il est composé de deux termes (bene = bien, et diction = parole prononcée).                               La bénédiction est l’action par laquelle on dit l’amour de Dieu pour telle personne.                                                                                 Nous sommes dans le registre de l’être et non de l’avoir : la bénédiction est destinée à faire advenir l’autre a un état meilleur.

 

Dans la Bible, on trouve trois termes : bénédiction (substantif), bénir (verbe) et béni (adjectif). 

Il y a un double mouvement dans la bénédiction :
un mouvement descendant : Dieu bénit l’homme pour le combler de son amour
un mouvement ascendant : l’homme bénit Dieu pour le remercier.

 

Fondements bibliques et théologiques de la bénédiction

Dans l’Ancien Testament, trois grandes périodes :

Des origines jusqu’à Abraham :                                                                                                                                                     l’Homme et la Femme (et implicitement leur descendance) sont bénis par Dieu, ainsi que les autres créatures (Genèse 1, 28).         Le péché de l’homme provoque la malédiction de la part de Dieu, mais cette malédiction vise le Serpent et le sol, non Adam et Ève. Après le déluge, Dieu bénit à nouveau l’humanité.                                                                                                                              Entre les deux, il y a eu la chute ; le péché divise le cœur de l’homme.                                                                                          Dieu bénit sa créature, mais ne saurait bénir le péché qui est dans son cœur, d’où des malédictions.

Le temps des patriarches (Abraham, Isaac et Jacob) :                                                                                                                 ils sont associés à l’œuvre de Dieu et ils vont s’attribuer la possibilité de bénir au nom de Dieu.

Le temps des prophètes :                                                                                                                                                               il n’y a plus du tout le langage de bénédiction.                                                                                                                                  Les prophètes sont précisément là pour dénoncer les dévoiements du peuple et usent à plusieurs reprises du langage de malédiction. Un seul passage où il est question d’une bénédiction de Dieu (Isaïe 6, 13) : Dieu bénit une « semence sainte » à venir, qui concernera tous les peuples de la terre.

 

➢ Dans le Nouveau Testament, saint Paul nous dit que, dans le Christ, nous sommes bénis de toutes sortes de bénédictions.

Nous retrouvons le double mouvement de la bénédiction : descendant (la grâce de Dieu descend sur l’homme) et ascendant (l’action de grâce de l’homme, qui monte vers Dieu).

Jésus est le Béni par excellence. La foule le bénit le jour des Rameaux : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur » (Matthieu 21, 9). Sa venue dans le monde suscite une vague de bénédictions chez ses proches : Élisabeth, Zacharie, Marie, Syméon. « Béni soit le fruit de tes entrailles » (Luc, 1 42).

Jésus bénit. Il bénit des personnes, des enfants, des faibles… Il bénit aussi le pain et le vin.

L’Esprit Saint est la bénédiction de Dieu. La bénédiction est un don. Or, le Don par excellence, c’est le Saint-Esprit. La thématique de la bénédiction se confond avec les fruits de l’Esprit Saint : paix, joie, amour, communion des cœurs, vie, fécondité…

Les bénédictions : pour quoi ? comment ? qui sont les protagonistes ? quoi après ? 

La bénédiction, pourquoi ?

Parce que Dieu doit être béni pour tous les bienfaits dont il nous gratifie : en son Fils, il nous sauve du péché et de la mort.
Parce que Dieu veut communiquer aux hommes sa grâce.                                                                                                   L’Église doit se faire le canal par lequel la grâce de Dieu puisse atteindre l’homme.                                                                     Comme Dieu désire nous rejoindre dans tous les âges et toutes les situations de nos vies, l’Église a multiplié au cours des âges les bénédictions selon les circonstances.                                                                                                                                                 À une présence aidante multiforme de Dieu à l’homme, répond une multiplicité de bénédictions formulées par l’Église.

 

La bénédiction, comment ?

➢ L’Église a voulu que les bénédictions soient enracinées dans la Parole de Dieu.                                                               Leurs formulations sont pétries de la Parole de Dieu. Si le rite bref (pour les situations d’urgence) ne prévoit pas la lecture d’un passage de la Parole de Dieu, le rite développé le prévoit toujours.

➢ Le rituel obéit à la trame de toute liturgie :
- Lecture d’un extrait de la Parole de Dieu.
- Prière d’intercession et d’action de grâce.
- Le Notre Père et éventuellement le Je vous salue Marie.

➢  Le rituel des gestes :
- Le laïc peut faire un signe de croix sur le front. Bénir avec la main ou imposer les mains sur la personne sont gestes 'réservés' aux ministres ordonnés.
- Le laïc peut aussi asperger d’eau bénite.

➢ L’Église a le souci que la bénédiction soit orientée d’abord vers Dieu, en le louant. Elle est ensuite tournée vers le bien spirituel de la personne ou du groupe.

➢ Une bénédiction réclame, entre laïcs, de part et d’autre "une âme droite", une vie irriguée par les vertus théologales : foi, espérance et charité. Une disposition de cœur et de foi est nécessaire, sans quoi la bénédiction ne serait qu’une formule magique.

 

Qui peut bénir ?

- Les ministres ordonnés (évêques, prêtres et diacres)
- Les laïcs en vertu de leur sacerdoce commun reçu au baptême et à la confirmation. Ils le font soit en vertu de leur charge propre (parents), soit en vertu d’un ministère extraordinaire (lorsqu’un prêtre le leur demande).

 

Bénir, qui ou quoi  ?

L’Église respecte la liberté des personnes.                                                                                                                                                                         On ne peut pas bénir une personne qui ne le souhaite pas : nous ne sommes pas propriétaires des bénédictions, et encore moins des personnes. Mais toute personne a le droit qu’on prie pour elle, c’est même un devoir, et la prière est une bénédiction.                                                                        En rigueur de termes, seul un baptisé ou un catéchumène peut être béni et s’il en exprime la demande. 

Concrêtement, peuvent être bénis : les enfants, les fiancés, une maman avant ou après la naissance de son enfant, les personnes âgées, les malades adultes ou enfants, une réunion de catéchèse ou de prière, des personnes partant en voyage, une maison, des moyens de transport, des installations techniques, des animaux, des champs, des récoltes, la table, ...

Les laïcs ne peuvent pas bénir une église, une chapelle, de l’eau, un rameau, des objets de dévotion qui sont des objets qui se réfèrent au culte, c’est-à-dire à la relation de l’homme à Dieu.

Il est préférable de se référer au rituel des bénédictions.

 

Et après la bénédiction ?

Les bénédictions ne sont pas une fin en soi, elles doivent être suivies :

- d’une invitation à continuer à vivre en amitié avec le Christ (prière, foi plus approfondie...) On ne doit pas séparer la bénédiction de la vie chrétienne. Vécue dans la foi, la bénédiction n’en portera que plus de fruits.

- d’une invitation, autant que cela est possible, à recevoir les sacrements (Réconciliation, Eucharistie, Onction des malades…) Le sacramental qu’est la bénédiction, prépare, dispose au sacrement.

La bénédiction fait partie des "outils" enracinés dans la Bible qui sont don de Dieu pour nous et qui sont à notre disposition pour grandir dans la Foi.

Merci au Site du Diocèse d'Albi

Merci au Père Paul de Cassagnac pour ses enseignements de Févier 2012.

Merci aux membres de la Pastorale de la santé, pour leur compte-rendu

Bénir et bénédiction

(Enseignement du Père Jean Philibert)

Comment définir la bénédiction ? 

La bénédiction, c’est la lecture du « miracle » (de l’extraordinaire) dans les choses ordinaires, considérant par là que tout nous vient de Dieu, par Lui, grâce à Lui, et que son seul désir est notre bonheur. Dieu est la source de tout don, de toute vie, de toute création. C’est en cela que Dieu nous bénit. Bénir = Dire du bien (bene-dicere) Quand Dieu bénit, c’est qu’il dit du « bien ».                 Et Dieu ne peut dire que du bien car il n’est que bénédiction. Réalisons cela car c’est essentiel pour nous tous : Dieu ne dira jamais de mal sur nous, mais toujours du bien car il a une vision très particulière de chacun de nous.                                                En effet, Dieu ne nous voit que comme des hommes déjà sauvés en son Fils ressuscité.

Quand je me décourage de moi-même, quand j’en viens à me mépriser, je dois me souvenir que Dieu me « bénit », il me veut toujours du bien, il dit toujours du bien de moi… Dans la Bible, la 1ère bénédiction de Dieu est dite sur l’homme et la femme, sur le couple (Génèse 1, 28) Tout le récit de la Création est « bénédiction » : « Dieu vit que cela était bon »
N’hésitez pas à relire Ephésiens 1, 3-14, l’hymne de Paul aux 7 bénédictions…

 

La bénédiction dans le judaïsme

En hébreu, le mot « bénédiction » a pour racine ces trois simples lettres : brk, Le substantif Beraka (Berakoth, au pluriel) ; le verbe Barék ; l’adjectif barûk = bénédiction

 

Dans le judaïsme, la Beraka, est très fréquente dans la vie quotidienne et liturgique et il y a 3 occasions pour bénir Dieu :

- Les bénédictions faites avant de faire usage d’un bien (un aliment, par exemple). La tradition affirme qu’user de quoi que ce soit en ce monde sans prononcer une bénédiction, c’est agir en voleur et en profanateur : l’homme en effet s’attribue alors quelque chose comme si elle lui appartenait de droit, et il la profane en n’en reconnaissant pas l’Auteur qui la rend sainte. (Berakhot 35 a et b. TB)

- Les bénédictions des Mitswot que l’on prononce avant d’accomplir une Mitswah, un précepte, un commandement

- Les bénédictions liturgiques de la prière quotidienne qui rythme la journée.
 

La berakah place l’homme dans un triple rapport : à Dieu, au monde, aux hommes.                                                                   Par la bénédiction, le juif reconnaît :
- Dieu comme origine de toutes choses
- Le monde comme un don à accueillir et à humaniser
- Les hommes comme des frères avec qui on ne peut que partager le don de la terre.

Un juif bénit Dieu en toutes choses. Tout bon juif bénit au moins 100 fois par jour. Rien n’existe qui ne soit occasion de Berakoth, même des réalités négatives (injustice, maladie...) car il garde l’espérance inébranlable de l’espérance messianique. La beraka est le reflet de la lumière qui, pour le moment est cachée, mais que dans la foi on sait voir.

 

Bénir, c’est dire — et redire à Dieu — l’ultime identité des choses et des hommes, l’ultime destinée de toutes choses liées à Dieu créateur. La beraka transforme le profane en sacré, les objets en dons, les hommes en créatures divines, l’univers en sanctuaire.

La beraka interdit l’appropriation des choses car tout vient de Dieu. La bénédiction enlève à l’homme le pouvoir sur les choses et elle rend toute chose à Dieu, Créateur de tout bien. L’homme ne peut que recevoir sans posséder.

La beraka engage au plan éthique : elle défend à l’homme de recueillir plus que n’exige ses besoins personnels, en étant confiant pour le lendemain qui est entre les mains de Dieu et qui pourvoira par de nouveaux dons.

La beraka est une joie : la joie du don reçu et la joie de rendre à Dieu le don qu’il nous fait.
 

Les deux mouvements de la bénédiction

Allez relire le Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 1077-1083, qui définit les 2 mouvements de la Bénédiction : Bénir est une action divine qui donne la vie et dont le Père est la source. Sa bénédiction est à la fois parole et don (bene-dictio, eu-logia). Appliqué à l’homme, ce terme signifie l’adoration et la remise à son Créateur dans l’action de grâce (n° 1078).

La bénédiction qui nous vient de Dieu, et plus exactement de Dieu-Père, est à la fois parole et don, don inclus dans une parole (Parole et don = Esprit) On comprend que le Livre des Bénédictions déconseille vivement de « bénir des objets ou des lieux par un simple signe de croix sans l’accompagnement d’aucune Parole de Dieu ou de quelque prière » (Préliminaires, n° 27).
 

Quant à la bénédiction qui monte de l’homme vers Dieu, elle est adoration [ad - orare = prier vers, en direction de, à] et eucharistie (eu - charis = bonne grâce, rendre grâce).
 

Le Catéchisme va plus loin, en expliquant comment « fonctionne » la bénédiction divine dans la liturgie chrétienne et dans l’économie sacramentelle : "Dans la liturgie de l’Eglise, la bénédiction divine est pleinement révélée et communiquée : le Père est reconnu et adoré comme la Source et la Fin de toutes les bénédictions de la création et du salut ; dans son Verbe incarné, mort et ressuscité pour nous, Il nous comble de ses bénédictions, et par Lui, Il répand en nos cœurs le don qui contient tous les dons l’Esprit-Saint (n° 1082).
 

Il y a là un double enseignement :
La célébration chrétienne de la liturgie et des sacrements est le lieu où la bénédiction divine est pleinement révélée et communiquée : nous retrouvons ici l’idée du sacrement comme moyen de la manifestation et de la communication de la vie divine.

 

D’autre part, la bénédiction est présentée dans sa structure trinitaire : le Père en est la source et le terme, le Verbe dans les mystères de son incarnation et de sa Pâque en est le médiateur nécessaire, et l’Esprit-Saint en est le fruit qui remplit nos cœurs.

En régime chrétien, en régime de liturgie chrétienne, la parole et le don mentionnés au n° 1078 deviennent la Parole ou le Verbe de Dieu (le logos), et le Don de Dieu par excellence qu’est son Esprit-Saint.

 

Merci au Site du Diocèse de Fréjus-Toulon

Merci au Père Jean Philibert, prêtre du diocèse d’Avignon