Marie dans les évangiles

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Que disent exactement les textes d'évangile sur Marie ? Comment réfléchir, par groupe d'adultes et/ou d'enfants sur ce que nous savons sur Marie en lisant Marc, Luc, Mathieu et Jean ?

MARIE SELON MARC:

(Ne pas étudier cet évangile seul. En effet, il ouvre sur de nombreuses questions au sujet de Marie et n'apporte pas de réponses.)

L'évangile de Marc, écrit vraisemblablement le premier (vers 70), ne parle que très peu de Marie.

Mc(3,20-21)

-->Que nous apprend-il de Marie?
(Il est vrai que Marie n'est pas nommée, mais l'évangéliste dit: "les membres de sa famille" et plus loin (Marc 3,31), il parle de la mère de Jésus. On peut donc supposer que Marie fait partie des membres de la famille présents.)
Chacun réfléchira et notera ses opinions personnelles. Ce qui peut donner: (notes d'enfants)

"Marie en a assez."
"Marie a envie que les gens laissent Jésus tranquille."
"Je crois que Marie croit que Jésus est malade."
"Marie a envie que Jésus arrête tout et qu'il revienne chez elle."
"Marie a peur pour Jésus."

-->Petites pistes pour poursuivre la réflexion:

Marie entend beaucoup parler de Jésus. Certaines personnes en disent du bien, l'admirent, le suivent... D'autres sont choquées par ses propos, sont dérangées dans leur profondeur... ou dans leurs acquis, leur savoir... (Pour elles, Jésus prend trop de liberté vis à vis de la Loi: sabbat, jeûne, pur et impur, pardon des péchés,...). Marie n'est ni sourde, ni indifférente; elle reçoit en son coeur toutes ces paroles ... Elle y réfléchit, se pose des questions: "Ne va-t-il pas trop loin?", "N'a-t-il pas perdu la raison?", "Peut-être faut-il lui parler?"...
Marie, sans doute inquiète (ceux qui s'opposent à Jésus font partie des autorités juives que Marie respecte), se met en route(v.21). Elle doit aller chercher Jésus, essayer de le ramener, de leprendre (v.21).
Marie aime Jésus mais elle ne le comprend pas bien; elle a peur qu'il ne s'égare; elle désire lui éviter des ennuis.
Son amour pour lui est peut-être encore un peu possessif (les verbes: le prendre ou s'en emparer (dans d'autres traductions) semblent le dire). Elle aimerait sans doute qu'il reste sur le chemin qu'elle voit pour lui et qu'elle croit être le meilleur. Peut-être aujourd'hui désire-t-elle l'arrêter dans sa lancée...

Mc(3,31-35)

-->Que nous apprend-il de Marie? (réflexions ou notes des enfants)

"Marie a peur des gens, alors elle ne rentre pas dans la maison."
"Marie veut que Jésus sorte."
"Marie ne rentre pas dans la maison parce qu'elle ne veut pas écouter Jésus."

-->Petites pistes pour poursuivre la réflexion:

Marie s'est mise en route; elle semble être arrivée à destination (v.31) mais en réalité, elle reste en dehors (v.31 et v.32). L'évangéliste Marc nous montre l'incompréhension de Marie vis à vis de Jésus, de sa vie, de ses pensées profondes, de son intimité (elle est en dehors de la maison, lieu intime par excellence).
En cet instant là, Jésus ne reconnaît pas sa mère... Ne peut-on penser que Marie en est profondément blessée et que son âme est déchirée?

Marc (6,1-6)

-->Que nous apprend-il de Marie? (réflexions des enfants).

"Que Marie est toujours la maman de Jésus."

-->Quelques pistes supplémentaires:

Marie est toujours la maman de Jésus bien sûr! Mais elle a du mal à l'estimer, à voir sa valeur: "Un prophète est estimé partout, excepté dans sa ville natale, sa parenté et sa famille."
Peut-être est-il difficile, lorsque l'on croit bien connaître une personne (son enfant par exemple), d'avoir foi, d'avoir confiance en elle, alors qu'elle part loin du chemin que l'on croyait être le meilleur pour sa vie! Des parents peuvent "emprisonner" leur enfant dans une façon d'être, sur une route toute tracée d'avance,... Si l'enfant change, s'il sort de cette voie, alors ils ne le comprennent plus; ils ont peur pour lui et pensent fortement qu'il s'égare, qu'il se trompe de chemin... La remise en question de parents qui "savent" est toujours difficile.

 

*Marie est inquiète pour Jésus. Elle se pose des questions: "Ne va-t-il pas trop loin?... Ne s'égare-t-il pas?... Peut-être est-il encore temps de le ramener à la raison?..." Un jour, elle se décide; elle se lève et marche à sa rencontre. Mais elle ne l'atteint pas vraiment (elle reste dehors et lui dedans).

*Le visage de Marie chez Marc: Marie est très humaine; c'est une mère aimante et inquiète qui ne comprend pas les "égarements" de son fils mais qui sait y réfléchir et prendre ses responsabilités (elle se lève, elle part pour le prendre, le ramener)... C'est une femme qui fait confiance aux autorités juives... C'est une femme qui n'hésite pas à se déplacer (pour allerchercher Jésus-->ce déplacement va l'entraîner plus loin: vers un déplacement de sa foi...) 

*L'évangile de Marc ne nous dit rien de plus sur Marie, pas une parole, pas un murmure. Comme si, désormais, Marie se taisait, disparaissait, rentrait en elle... marchait vers le silence et la solitude propices à la rencontre d'une présence...
Marie s'est mise en route (Marc 3,21) sans s'imaginer le chemin... Elle est partie vers l'inconnu riche de fécondité ... et d'abandons aussi...

 

De nombreuses questions. 

"Pourquoi Marie se tait-elle après?... Pourquoi Marie n'est-elle pas rentrée dans la maison?... Pourquoi Jésus n'obéit-il pas à Marie?... Pourquoi Marie ne comprend-elle pas Jésus?... Est-ce que Marie et Jésus se sont revus après?"

 

MARIE SELON MATTHIEU:

(Si l'on étudie seulement Matthieu, commencer par Mt(12,46-47) et Mt(13,53-58), puis terminer par les évangiles de l'enfance.)

L'évangile selon Matthieu a sans doute été terminé vers les années 80.

 

Mt( 1,16),             Mt(1,18).

--Que nous apprennent les textes de Marie? (réflexions des enfants).

"Marie est la femme de Joseph et la maman de Jésus."
"Marie est enceinte par l'action du Saint-Esprit."

-->Petites pistes pour poursuivre la réflexion:

Matthieu écrit après Marc... et c'est une bonne chose pour nous...
On dirait qu'il existe comme une continuité: en Marc, Marie ne comprend pas toujours Jésus, elle essaie de le "ramener à la raison"; il y a rupture, déchirure... Puis, Marie se tait.......
....... en Matthieu, dans ce silence , dans cet espace libéré et accueillant au don de Dieu (L'Esprit Saint), Marie permet à Jésus de naître pleinement. (Il faut parfois savoir s'éclipser pour permettre à l'autre de naître.)

Marie accueille l'Esprit Saint, le Don de Dieu... Elle reste ouverte à son action... En prenant la main de Dieu, Marie peut aller plus loin...

 

Mt (2,11),      Mt(2,14),     Mt(2,20-21).

Que nous apprennent-ils de Marie? (notes des enfants).

"Les mages entrent dans la maison et voient l'enfant avec Marie"
"Marie est avec Joseph et Jésus dans la nuit et ils se réfugient en Egypte"
"Marie, Joseph et Jésus retourne ensemble au pays d'Israël".

-->Petites pistes pour poursuivre la réflexion:

...En accueillant le don de Dieu, Marie permet à Jésus de naître pleinement... Désormais, dans la "maison" (Mt 2,11), dans la nuit (Mt 2,14) et dans la prière -terre d'asile, refuge (tout comme l'Egypte l'a longtemps été pour les israélites) (Mt 2,14)-, dans un pays rempli d'amis et d'ennemis (Mt 2,20-21), Marie est avec Jésus!

On pourra noter l'insistance avec laquelle Matthieu le répète: "l'enfant avec sa mère" Mt(2,11), "l'enfant et sa mère" Mt(2,13), Mt(2,14), Mt(2,20), Mt(2,21). (Lors du bilan final, il sera bon de faire le rapprochement entre Mt(2,11) et Marc(3,31-35): Marie était "en dehors", maintenant elle "est avec". Ceci pour ne pas laisser ceux qui on fait la recherche en Marc sur une image négative de Marie.)

Les mages: Ce sont des savants, des personnes qui ont une connaissance autre, ils voient ce que d'autres ne voient pas. Peut-être parce que ce sont des chercheurs... 
Ce sont aussi des étrangers, des gens qui viennent de loin et qui n'ont pas hésité à se déplacer, à quitter leurs habitudes, à beaucoup abandonner, à se remettre en question, pour découvrir encore...
Ce sont des personnes qui ne connaissent pas le Dieu d'Israël; on pourrait dire qu'ils sont totalement "vierges" de La connaissance divine. Pourtant, ils partent; ils font confiance à un signe.
Et que font les mages?: Ils voient... Ils se prosternent et rendent hommage... (On pourra faire un rapprochement avec Abraham)

Matthieu, comme un savant qui scrute les étoiles, comme un chercheur passionné qui sonde les profondeurs, comme un étranger qui n'hésite pas à parcourir un long chemin, comme un mage,...,Matthieu cherche, voit et s'incline.
Il commence son évangile en rendant hommage à Jésus mais aussi à Marie ("Ils virent l'enfant avec Marie, sa mère."). Il a vu plus haut (l'étoile), plus loin (l'Orient), et plus profond, plus intime (ils entrent dans la maison), il a fait confiance en certains signes...

Dans ce passage, Matthieu n'oublie pas Marie. Il lui offre une belle place, comme s'il l'avait devinée, comme s'il avait vu plus profond en elle, ce qui y était caché...
C'est en étant un peu "mage" que l'on imagine le déplacement, la remise en question, l'arrachement à des pensées familières et qui conviennent si bien, ..., le chemin d'abandon que Marie a dû suivre...
C'est en entrant dans l'intimité, dans la profondeur que l'on voit l'enfant avec sa mère, la relation qui reste, qui perdure, qui est,..., toujours.

Mt(12,46-47).

Que nous apprennent les phrases sur Marie? (réflexions des enfants)

"Marie cherche à parler à Jésus mais elle reste dehors".
"Marie arrive alors que Jésus est occupé; il parle avec la foule."
"Marie entend que Jésus a une autre famille."

-->Petites pistes pour poursuivre la réflexion:

*Analogie avec Marc(3,20-21) (voir notes précédentes). On pourra remarquer qu'il existe un peu plus de douceur chez Matthieu (Absence du verbe "prendre" ou "s'en emparer": voir notes Marc (3,20).).

*Certains enfants pensent souvent que Marie est venue pour rien; d'autres qu'elle doit être très triste. En ce qui concerne la douleur de Marie, c'est sans doute vrai (Luc nous dira:" Et toi, Marie, la douleur te transpercera l'âme comme une épée".). Marie souffre parce qu'elle ne comprend pas et sans doute aussi parce qu'elle a peur pour Jésus... Mais on ne peut pas dire que Marie se soit dérangée pour rien: Jésus, ici, lui fait découvrir une autre famille, plus grande: la famille de ceux qui font la volonté de Dieu... Une fois dépassée sa souffrance, Marie pourra réfléchir, comprendre et s'ouvrir à cette nouvelle famille. (Chez l'évangéliste Jean l'ouverture vers une famille élargie se passe au pied de la croix: "Voici ton fils, mère." Jean (19,26)).

*Avec les plus grands, on pourra peut-être se poser la question: "Le premier et le second Testament ne nous disent-ils pas que la famille a à être dépassée?"...
On se souviendra d'Abraham:" Quitte ton pays, laisse ta famille et la maison de ton père."... Ici il ne s'agit pas d'un voyage quelconque mais du voyage de la vie, du voyage vers l'épanouissement qui demande le détachement ("Apprends à te détacher de tous tes liens pour être à tous!").
On se souviendra de Moïse qui, enfant, est abandonné à une autre mère, un autre peuple, une autre vie... plus riches... A l'âge adulte, il quitte sa tranquillité pour marcher vers les autres...
Aujourd'hui, Jésus nous montre le chemin vers une autre famille, plus grande, différente; la mère, les frères et les soeurs sont ceux qui font la volonté de Dieu.

Matthieu (13,53-58).

Que nous apprend-il sur Marie?

"Marie est la maman de Jésus".

-->Petites pistes pour poursuivre la réflexion:

Analogie avec Marc(6,1-6). Voir notes en Marc.

 

*Les enfants préparent leur bilan avant de le présenter aux autres équipes.
Exemple d'un groupe:

"Marie est toujours avec Jésus même si elle ne peut pas lui parler. Elle a dû entendre Jésus quand il demandait:"Qui est ma mère?". C'était peut-être difficile! Mais elle accueille toujours le Saint-Esprit."

*Si l'on excepte les récits d'enfance, Marc et Matthieu disent à peu près la même chose. On remarquera que dans ces deux évangiles, Marie ne dit pas un mot. Ce qui ne sera pas le cas dans les évangiles suivants (Luc et Jean).

*Marie est dehors; Jésus est dedans...
Marie est entourée d'une petite famille; Jésus d'une famille plus grande...
Les liens de sang sont importants pour Marie; les liens en Dieu sont plus importants pour Jésus...
Marie cherche à parler à Jésus; elle n'atteint pas son but...
Jésus ne se sent pas estimé dans sa propre famille...

Marie va-t-elle comprendre Jésus? Marie et Jésus vont-ils se rejoindre?

Ce sont les récits d'enfance qui vont répondre à ces questions (voilà pourquoi, si l'on étudie seulement Matthieu, il est préférable de terminer par ceux-ci).

*Comme Matthieu, n'hésitons pas à insister sur les mots: "Marie est avec Jésus". Insister aussi sur l'importance de l'accueil du don de Dieu

*Image de Marie: Marie est épouse et mère. Elle est silencieuse, discrète, effacée... Elle reste ouverte à l'action de Dieu, elle accueille ses dons. Elle fait confiance, se laisse conduire...

"Pourquoi Jésus ne va-t-il pas parler avec Marie? Marie est-elle malheureuse? Marie a-t-elle entendu ce que Jésus disait? Marie fait-elle la volonté de Dieu?....."

MARIE SELON LUC:

(Trois ou quatre équipes conseillées . Pour le bilan, commencer par présenter les évangiles où Jésus est en mission; terminer par ceux de l'enfance.)

Dans le premier testament et dans d'autres textes anciens, on raconte souvent que la naissance des personnages importants s'est faite de manière merveilleuse! Luc et Matthieu s'en souviennent et écrivent, chacun à leur façon (Matthieu ayant un regard dirigé vers Joseph et Luc vers Marie), de très beaux récits qui s'inspirent des écrits anciens.
Ces textes, mêmes s'ils ne sont pas historiques, restent vraiment très importants! Ils nous livrent un message en condensé de la part de l'auteur; quelque chose qu'il a voulu que l'on retienne: le trésor de l'évangile en quelque sorte... Ils répondent aussi aux questions qu'on se posait alors...
Il est donc nécessaire d'en rechercher le sens et ceci pour chacune des personnes dont nous parle l'auteur. Aujourd'hui, c'est Marie qui nous intéresse...

L'évangile selon Luc a vraisemblablement été rédigé autour des années 80,90.

C'est celui qui nous parle le plus de Marie et qui la fait aussi parler - et ceci, non pas dans le temps de mission de Jésus où à l'identique de Marc et Matthieu, Marie ne dit rien, mais dans les récits précédant l'enfance (Annonciation, Visitation, Magnificat) et dans celui qui la termine (Jésus au temple à 12 ans)-.

Pour Luc, Marie accompagne Jésus du début jusqu'à la fin...

Les récits d'Annonciation, de Visitation, de Nativité faisant intervenir des bergers, de Présentation au temple, de la "fugue" de Jésus à 12 ans, sont des originalités de Luc.

Lorsque Luc dit:"La puissance du Dieu très haut te couvrira comme d'une ombre", il fait allusion à l'arche de Dieu enveloppée d'une nuée (Exode 39,34). Lorsqu'il fait voyager Marie vers la Judée (Visitation), il se souvient de la montée de l'arche vers Jérusalem (2Samuel 6). Lorsqu'il fait rester Marie trois mois chez Elizabeth, il se rappelle que l'arche est restée trois mois dans la maison d'Obed (2Samuel 6). Aux yeux de Luc, Marie est la nouvelle arche de Dieu (Rappel: voir chapitre sur Samuel); elle porte, elle enveloppe celui qui sera la parole.

>Copier le texte:

"Aucun prophète n'est bien reçu dans sa ville natale."

-->Que nous dit-il de Marie?

Rien!

-->Lors du bilan final, on comparera avec Marc(6,1-6) et Mt(13,53-58).

Luc ne parle pas de la famille de Jésus mais juste du village. On constate un adoucissement.

 Luc(8,19-21).

-->Que nous apprend-il de Marie? (notes des enfants)

"Marie veut voir Jésus mais la foule l'en empêche."
"Marie reste dehors."
"Marie est la maman de Jésus mais, pour lui, elle peut être sa maman d'une autre façon: en écoutant la parole de Dieu et en la mettant en pratique."

-->Petites pistes pour poursuivre:

-->Luc est le plus tendre des évangélistes. On sent qu'il cherche à comprendre la famille de Jésus.

Luc(11,27-28).

-->Lire le texte.

-->Que nous apprend-il de Marie?

"Que pour les gens, elle est heureuse."

 

*Les enfants préparent un petit bilan: "Dans les évangiles où Jésus est en mission, que nous dit Luc de Marie?"
Exemple: "Marie cherche à comprendre Jésus et pour cela elle voudrait le voir. Mais elle ne peut pas. La foule l'en empêche. Marie peut maintenant continuer à être la maman de Jésus en écoutant la parole de Dieu et en la mettant en pratique... elle sera heureuse..."

*Noter les questions amenées par la lecture des textes.
"Pourquoi marie se tait-elle ensuite? Marie est-elle heureuse? Marie va-t-elle revoir Jésus?....

-->Chercher le texte.

-->Le lire.

-->Que nous apprend-il de Marie? (notes ou réflexions des enfants )
"Marie est fiancée à Joseph."
"Marie est une jeune fille."
"Marie est vierge".
"Dieu envoie l'ange chez Marie; l'ange parle; Marie écoute et entend".
"L'ange Gabriel vient chez elle."
"Dieu est avec Marie".
"Marie ne sait pas tout; elle pose des questions à l'ange."
"Bientôt, elle sera la maman de Jésus."
"Ce n'est pas facile pour Marie; elle est troublée. Elle doit se poser plein de questions, être un peu inquiète. Elle ne comprend pas bien, mais à la fin elle choisit de faire confiance à Dieu, de travailler pour lui."
"Le Saint Esprit va venir sur Marie et la puissance de Dieu la couvrira."
"Il faut que Marie n'aie pas peur; il faut qu'elle soit joyeuse même si elle ne comprend pas tout."
"Marie se laisse faire, c'est la servante de Dieu."

-->Petites pistes pour poursuivre:

Luc(1,39-45).

-->Lire le texte.

-->Que nous apprend-il de Marie?

"Marie part de chez elle et va voir son amie Elizabeth qu'elle salue."
"Marie est bénie, plus que toutes les femmes."
"Marie est heureuse!"
"Marie est une croyante."

-->Petites pistes pour poursuivre:


*Luc connaît bien le premier testament. Il y cherche donc (dans le Cantique d'Anne, dans les versets des Psaumes, dans le Livre de Job,...) ce qui correspond à Marie, ce qui lui est ajusté. Enrichi de ces multiples trésors, il compose le célèbre "Magnificat" avant de le déposer, avec beaucoup de tendresse, entre les lèvres de Marie...
On a vu, dans le récit de l'Annonciation ou de la Visitation, que l'humble âme de Marie s'est déplacée vers plus Grand, plus Beau, plus Généreux. En disant son "oui" à Dieu, elle a trouvé lajoie, le bonheur, le trésor... Et maintenant, elle ne peut que les chanter, les partager...
Dans le Magnificat, on retrouve tout cela:
-->L'âme humble de Marie: "Son humble servante" (v.48); "abaisser son regard vers moi."
-->Marie trouve la joie, le bonheur, le trésor: "Mon coeur est plein de joie"; "Les humains me diront bienheureuse"; "Dieu a fait pour moi des merveilles".
-->Marie désire partager: "De tout mon être je veux dire la Grandeur du Seigneur." 

*Marie a été soulevée au-dessus d'elle même; elle a été émerveillée, transportée d'admiration... Son coeur est maintenant rempli d'allégresse! Elle ne peut que chanter, crier, dire Le Dieu Saint et Sa bonté, Sa force d'Amour, Sa générosité,...

*Dans le Magnificat, Marie ne s'adresse pas directement à Dieu. Elle semble plutôt nous prendre à témoin de son bonheur et vouloir nous transmettre un message:
"Le Dieu Saint abaisse son regard vers Marie, l'humble servante (v.48), mais aussi vers toutes les humbles personnes (v.52) et vers les peuples qui restent humbles (v.54): Israël, son serviteur..."
Peut-on dire que c'est dans l'humilité que le divin se développe, grandit et se dévoile ensuite aux "quatre coins" de la terre comme un feu parti d'on ne sait où ?

 

*Petit bilan des enfants:
"Marie reçoit la visite d'un ange. Elle est troublée. Elle écoute... L'ange lui annonce qu'elle va être transformée. Marie veut bien; elle se laisse faire.
Après, elle va voir Elizabeth et entre dans sa maison. Elizabeth est heureuse de la visite. Marie est heureuse aussi... Alors, elle remercie Dieu...

 

*Elizabeth s'incline devant la foi de Marie: "Tu es heureuse; tu as cru..."(v.45). C'est la foi, la confiance en Dieu, l'abandon à sa volonté ("Que tout se passe pour moi comme tu l'as dit." (v.38) ) qui ouvre au bonheur.
Marie accepte de ne pas tout savoir, de ne pas tout comprendre... Elle a gardé assez de disponibilité, assez de place, assez de virginité en elle pour accueillir le don de Dieu et pour le laisser s'épanouir, grandir... Marie s'abandonne avec confiance entre les Mains de Dieu; elle se laisse transformer... Ce chemin d'abandon l'entraîne vers un épanouissement, vers une fructification.

 

*L'accueil du don de Dieu nous entraîne sur une route de bonheur!
On se souviendra que Marc commence son évangile en disant: "Ici commence La Bonne Nouvelle de Jésus.". Ce qui nous dit: "Ici commence la joie, le bonheur..."
Ce que Marc dit en une ligne, Luc le développe sur plusieurs pages: "Oui! Dieu propose le bonheur!"
Le récit de l'Annonciation nous parle de bonheur : "Réjouis-toi!". Le texte de la Visitation nous le répète encore: "L'enfant remue de joie..."; "Tu es heureuse!". Le Magnificat le chante: "Mon coeur est plein de joie!".....

 

*L'accueil du don de Dieu nous mène à l'épanouissement; à la fructification!

 

*La route n'est pas facile; elle demande beaucoup d'abandons ( les mots "partir", "servante" le disent. La traversée du désert le dit aussi...), d'humilité (se laisser transformer; se laisser conduire...), d'accueil (il faut être assez pauvre en soi, assez nu, assez vierge aussi pour laisser la place pour Un Autre...). Il s'agit d'accepter de changer, d'accepter de se laisser transformer... et d'aller pas forcément où nous serions allés...

 

*Sur cette route nous sommes toujours accompagnés. Ne l'oublions pas!

-->Chercher le texte.

-->Le lire.

-->Que nous apprend-il sur Marie?

"Marie est fiancée à Joseph et elle est enceinte."
"A Bethléem, elle met au monde son fils premier né." 
"Elle l'enveloppe et le couche dans une crèche."

-->Petites pistes pour poursuivre:

*Le mot crèche signifie la mangeoire (l'auge dans laquelle mangent les animaux et qui a la forme d'un berceau). Le mot mangeoire fait déjà penser aux bergers pour qui elle est objetfamilier. Par son geste, Marie rejoint déjà les bergers dans leur pauvreté, leur misère, leur exclusion (les bergers, à l'époque, faisait partie des gens peu appréciés et même rejetés). Marie couche son fils, lui fait un lit parmi les exclus; un peu comme si elle le leur abandonnait déjà, un peu comme si elle leur offrait .

*Marie enveloppe : elle prend soin de... elle protège.

*Marie couche Jésus dans une crèche: elle l'abandonne à plus pauvre.

*Le texte de l'annonce aux bergers ne parlant pas de Marie, il n'est pas étudié ici. Mais il serait bon de le résumer et de brosser un tableau des bergers avant d'aller plus loin .
-->Les bergers passent (on trouve aussi "campent")la nuit dans les champs. Ils n'ont pas d'habitation fixe, ils sont nomades; ils sont détachés...
-->Ils veillent sur leur troupeau: ils sont attentifs et savent voir (un ange du Seigneur leur apparut) et entendre (les paroles de l'ange).Ils acquièrent une certaine connaissance ("ce que le Seigneur nous a fait connaître") en laquelle ils ont confiance.
--> Ils se déplacent pour trouver ceux qui sont concernés (ceux qui font partie du signe); ils trouvent,ils voient, ils disent, ils racontent, ils annoncent... Et ceux qui entendent sont étonnés, surpris! Après avoir dit, après avoir témoigné, les bergers prennent le chemin du retour. Maintenant,ils vivent en louant Dieu ("ils célébraient la grandeur de Dieu et le louaient" v.20) comme les anges...(v.13)

Luc 8 Chercher le texte.

-Que nous apprend-il de Marie? (réflexions des enfants)

"Les bergers trouvent Marie et Joseph et l'enfant."
"Marie garde tout dans sa mémoire et y réfléchit."

-->Petites pistes:

*Il faut peut-être souligner que Marie et Joseph et l'enfant sont ensemble. Ils sont reliés. Ils appartiennent à une même famille. (Chez Matthieu, on ne parle pas de la présence de Joseph lors de la visite des mages). Pour Luc, la cellule familiale a son importance (on ne peut pas "biffer" une famille mais on peut essayer de l'ouvrir à plus grand-->Luc(8,19-21)).

*Marie et Joseph laissent les bergers entrer dans leur intimité. Ils ne la préservent pas mais la partagent. Pour Luc, Marie et Joseph sont ouverts à l'accueil des petits, des exclus.

*Quand ils voient l'enfant, les bergers racontent ce que l'ange a annoncé et tous ceux qui entendent sont étonnés. Marie est présente; elle entend sûrement. Elle fait donc partie de ceux qui sont dans l'étonnement. Oui, ce que Marie entend dire de son fils la surprend, la laisse ébahie ! (On pourra faire le rapprochement avec Luc (4,22): même si Marie n'est pas dans la synagogue, les villageois ne seront pas sans lui parler ).

*Marie ne comprend pas tout mais elle garde tout en son coeur et y réfléchit profondément. Elle est peut-être "dehors" (Luc 8,19-21) mais elle va chercher pour découvrir peu à peu, pour "trouver", pour rencontrer... Marie est en marche!

chercher le texte.

-->Que nous apprend-il de Marie?

"Marie va au temple avec Joseph et Jésus.Elle rencontre Siméon. Elle est étonnée de ses paroles."
"Siméon dit à Marie: La douleur te transpercera l'âme comme une épée".

-->Petites pistes pour poursuivre:

*Marie et Joseph respectent la loi de Moïse:
# Le huitième jour, Jésus est circoncis.
# Marie et Joseph vont au temple accomplir la cérémonie de purification (toutes les femmes ayant accouché devaient se rendre au sanctuaire 40 jours après la naissance pour y être purifiées) et offrent deux tourterelles ou deux pigeons...
# Jésus est présenté au temple (ce qui n'était pas obligatoire. On pouvait en effet faire un sacrifice de substitution pour le rachat du premier-né qui appartenait à Dieu).

*Joseph et Marie sont étonnés (v.33). Un peu plus loin (v.48), ils seront stupéfaits... Luc insiste! Déjà en Luc (2,15-20), tous ceux qui entendirent les bergers furent étonnés... On peut penser que Marie et Joseph en faisaient partie.
Chez Luc, dans le temps de mission de Jésus, Marie n'apparaît jamais étonnée ( lorsque Jésus parle à la synagogue de Nazareth, tous ceux qui sont présents sont étonnés. Chez Marc et Matthieu Jésus n'est pas reconnu à sa juste valeur par le village, la parenté et la famille; chez Luc, seulement par le village).Nous avons comme l'impression que Luc, qui a adouci le visage de la famille durant le temps de mission de Jésus,révèle avec douceur dans les évangiles de l'enfance l'étonnement de Joseph et Marie vis à vis de Jésus et de ce qu'on dit de lui.
Marie avance sans doute pas à pas; elle découvre un peu plus chaque jour; elle comprend peu à peu ce fils déroutant. Elle avance parce qu'elle a la foi, parce qu'elle accueille l'Esprit, parce qu'elle se laisse transformer...

*Siméon bénit Joseph et Marie. Il dit du bien d'eux; il leur témoigne de la reconnaissance. Puis il se tourne vers Marie: "La douleur te transpercera l'âme comme un glaive".
Le glaive divise, fend, coupe en deux... L'âme de Marie va être divisée et ce partage sera source de souffrance. 
Le "Qui est ma mère?" amène Marie à connaître une douloureuse ambivalence. Qui suivre maintenant? Le temple, les maîtres de la Loi, c'est à dire ceux qu'elle a toujours suivis et qui lui ont transmis la parole... ou Jésus, ce fils étonnant, déroutant? Le "Qui est ma mère?" est un glaive pour Marie...
Qui Marie va-t-elle suivre? La suite des évangiles de l'enfance nous apporte la réponse: "Quand les parents de Jésus eurent achevé de faire tout ce que demandait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée avec Jésus".

Chercher le texte.

-->Que nous apprend-il de Marie?

"Marie et Joseph vont avec Jésus à la fête de la Pâque à Jérusalem. Puis ils repartent et oublient Jésus."
"Ils cherchent Jésus mais ne le trouvent pas."
"Marie est stupéfaite".
"Marie demande à Jésus: " Pourquoi nous as-tu fait cela?" "
"Marie est inquiète, elle ne comprend pas tout; elle se souvient de tout."

-->Petites pistes pour poursuivre:

*Ce texte récapitule beaucoup de choses déjà dites:
~ Marie et Joseph sont fidèles à la Loi de Moïse: "chaque année, ils allaient à Jérusalem..." (v.41). Voir aussi Luc (2,21-24) et Luc (2,39).
~ Ils ne comprennent pas tout : "Mais ils ne comprirent pas ce qu'il disait." Rapprochement avec Luc(8,19): Marie a-t-elle compris ce jour-là le message que Jésus avait à lui passer?
~Les actions et les paroles de Jésus les impressionnent: "Quand ses parents l'aperçurent, ils furent stupéfaits". On a l'impression qu'ils ne reconnaissent pas leur enfant; c'est Jésus et ce n'est pas tout à fait lui... Comme s' il y avait quelque chose de nouveau en lui. On se souviendra que Marie et Joseph étaient impressionnés de ce qu'on disait de Jésus: Luc (2,18), Luc (2,33).
~On retrouve ici l' inquiétude de Marie telle que nous l'avons perçue chez Marc: "Ton père et moi nous te cherchions très inquiets".
~Marie garde tout en son coeur: "Sa mère gardait en elle le souvenir de tous ces évènements." Voir aussi Luc (2,19).
~Jésus ouvre sa famille à une famille beaucoup plus grande: "Je dois être aux affaires de mon Père." Voir aussi Luc (8,19-21). Voir aussi Marc et Matthieu. Marie pense encore famille proche: "ton père et moi nous te cherchions..."
~Les mots "chercher" et "trouver" qui parsèment l'évangile de Luc se retrouvent ici: le mot "chercher" est répété quatre fois->(C'est dire que le mot est important!). Le mot "trouver" est suivi des mots : "découvrirent"; " aperçurent"... On trouve peu à peu, en se rapprochant, en soulevant des voiles... Marie et Joseph font de la route, ils parcourent un long chemin, ils cherchent, ils questionnent leur entourage, leurs proches, leurs amis et n'hésitent pas à faire un demi-tour ( à se remettre en question) avant de "trouver" Jésus dans la maison de Dieu (v.44). Pour trouver, il faut parfois repartir à zéro...

*Les choses nouvelles du texte:
~Marie parle pour la dernière fois et Jésus pour la première. Le silence de Marie (sûrement habité, sûrement priant) ouvre sur une parole nouvelle ( rapprochement avec Luc 1: le silence de Zacharie ouvre sur une vie nouvelle).
~Marie et Joseph font confiance à Jésus: ils font une journée de marche sans se préoccuper de lui; ils ne s'aperçoivent pas de son absence...
Dans les évangiles, lorsque l'on parle de Marie, on oublie souvent d'évoquer cette confiance .
~Le troisième jour est le jour de la résurrection, le jour de la naissance à une vie nouvelle plus proche de Dieu (le temple dit le lieu de Dieu). Joseph et Marie découvrent Jésus le troisième jour (jour de leur résurrection? jour de la résurrection de Jésus?). ( Il y a ici une allusion à la passion et à la résurrection de Jésus mais, comme nous étudions le texte en regardant Marie, c'est vers elle qu'il faut porter notre regard). Marie et Joseph cherchent beaucoup et longtemps avant de trouver... Ils avancent sur un chemin sans doute sinueux, difficile. Leur persévérance doit être modèle pour nous.

 

*Bilan des enfants:
"Quand Jésus naît, les bergers viennent rendre visite à Marie et Joseph et racontent des choses merveilleuses sur lui. Marie y pense très fort.
Après, Siméon prend Jésus dans ses bras et remercie Dieu. Marie est étonnée. Siméon lui dit qu'elle souffrira.
Marie et Joseph et Jésus reviennent à Jérusalem quand Jésus a 12 ans. Ils perdent Jésus et le retrouvent après dans le temple."

*Marie entend des paroles positives concernant Jésus. Ces paroles viennent de pauvres, d'exclus, de personnes méprisées par les chefs religieux (les bergers), mais aussi de personnes reconnues comme respectant Dieu, comme étant proches du temple (Anne et Siméon).

*En déposant Jésus dans une crèche, Marie rejoint un peuple de croyants pauvres et démunis. En laissant Siméon prendre Jésus dans ses bras, elle rejoint les croyants du temple...

  • Luc (4,24)
  • Luc (8,19-21)

     

    • Voir aussi petites pistes pour poursuivre chez Marc(3,31-35) et Matthieu(12,46).
    • Relever le verbe trouver: "La mère et les frères de Jésus vinrent le trouver" (On peut avoir aussi: "le rencontrer") . Par rapport à Marc ("s'en emparer" ou "le prendre"), il y a atténuation. Par rapport à Matthieu ("cherchaient à lui parler"), Luc va plus loin: trouver, c'est aller jusqu'au bout de la recherche. Pour Luc, Marie cherche à découvrir Jésus, à trouver ce qui vit en lui, ce qui le porte, ce qui le pousse.... Ce n'est pas un déplacement "superficiel" de la part de Marie mais plutôt une quête.
    • La note des enfants est à relever: une autre façon pour Marie de devenir "mère" : écouter la parole de Dieu et la mettre en pratique (un peu comme Abraham qui devient père d'une multitude... en écoutant la parole de Dieu.)
    • Relever aussi: "Ils ne pouvaient arriver à lui à cause de la foule." Luc cherche à savoir pourquoi Marie n'arrive pas jusqu'à Jésus, pourquoi elle reste en dehors.
      Pour lui, la foule est un obstacle entre Marie et Jésus. On notera que chez Marc la famille envoie quelqu'un pour appeler Jésus: L'accès est donc possible. Si la foule fait barrière, c'est donc d'une autre manière... (Peut-être parce que la foule comprend mieux, est plus unie à Jésus?)
  • Luc (11,27-28)

     

  • Certaines personnes dans la foule pensent que Marie a trouvé le bonheur. Jésus ne contredit pas mais annonce que le bonheur se trouve plutôt chez ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique.
    Marie est la maman de Jésus; elle l'a porté, nourri, s'est inquiété pour lui, l'a accompagné... Aujourd'hui, il est écouté, admiré... il vit en fils de Dieu. Marie peut sûrement en être très heureuse!
    Mais le bonheur humain est toujours à reconquérir! Parce qu'il est bâti sur "des sables mouvants", sur une base qui peut changer, il n'est pas durable... Aujourd'hui, Jésus indique une autre voie de bonheur, une voie solide, éternelle: celle de Dieu! Etre à l'écoute de sa parole, la laisser circuler en nous, y réfléchir, la laisser nous transformer, la mettre en pratique, voilà la vraie voie d'un bonheur profond et durable.
  • Luc ne parle plus de Marie ensuite. Comme dans les autres évangiles, elle se tait... Si les récits de l'enfance et ceux qui les précèdent n'existaient pas, nous resterions sur une note un peu triste en ce qui concerne la famille de Jésus. La question:"Marie est-elle heureuse?" ( et d'autres questions: "Marie et Jésus se sont-ils retrouvés? Marie a-t-elle compris Jésus?...) resteraient en suspens.
    Il faut donc aller chercher dans les récits qui précèdent l'enfance (Annonciation, Visitation, Magnificat) , les réponses à nos questions...
  • On remarquera que jusqu'ici, Marie n'a pas dit une parole...
  • Bilan Luc 4, Luc 8, Luc 11.
  • Contrairement à Matthieu qui met plus particulièrement en valeur Joseph, Luc s'attache à Marie et compose, à partir de textes anciens mais aussi de la tendresse qui l'habite, le très beau récit de l'Annonciation.
    Le texte est riche, poétique et empli de symboles.
  • En Luc (11,27-28),nous nous étions posés la question: "Marie est-elle heureuse?"
    Luc, sans attendre, nous donne la réponse:
    "Réjouis-toi Marie! Le Seigneur est avec toi..."
    Un peu comme s'il voulait dire: "Ne pleure pas Marie! N'aie pas peur... Sois heureuse! Dieu est avec toi et avec celui que tu as porté... Nous en sommes certains!"
    ( Luc a rédigé son évangile à peu près 50 ans après la mort de Jésus mais il nous donne l'impression de parler à Marie pendant la mission ou juste après la mort de celui-ci.)
    En ce récit d'Annonciation, Luc nous parle de la présence de Dieu et du bonheur qui en découle. C'est une proposition de bonheur que Dieu fait à Marie...
  • Ce qui qualifie Marie dans le texte: elle est jeune, vierge, troublée; elle ne comprend pas tout...

    Marie est très troublée: elle est perturbée, inquiète; tout n'est pas clair pour elle, elle est perplexe et se pose des questions... Ici, Luc résume la vie de Marie alors que Jésus a commencé sa mission (voir bilan Marc et Matthieu; voir aussi Luc(8,19) ). Comment la route va-t-elle se poursuivre pour Marie?

    Marie est jeune: elle manque d'expérience, elle ignore beaucoup de choses... elle n'a pas fini sa croissance... elle n'a pas atteint son plein développement... mais le mot "jeune" nous dit aussi qu'elle est apte à changer, à grandir, à évoluer. Elle est toujours en état d'accueillir, de découvrir, d'accepter.. Il existe en elle quelque chose de neuf , quelque chose qui n'a pas encore été abîmé, délavé,usé par le temps.
    Plus qu'une question d'âge , c'est la notion d'ouverture, d'accueil, d'acceptation et de possibilité de transformation que le mot "jeune" nous dévoile ici.

    Marie est vierge:
    Une page vierge ne révèle rien mais peut être utilisée pleinement; elle est comme en attente, comme abandonnée à ce qui va la recouvrir...
    Un casier vierge est vide, nu...
    Une forêt vierge n'a pas été touchée, n'a pas encore révélé son mystère; elle garde en elle des secrets, des trésors...
    Une neige vierge: aucune empreinte ne la marque, aucune trace...
    Une terre vierge: une terre non cultivée, non ensemencée... une terre en attente d'un semis...

    Etre vierge, c'est avoir assez d'espace en soi pour accueillir le don de Dieu...
    Etre vierge, c'est être assez humble, assez confiant aussi, pour pouvoir s'abandonner entre les mains de Dieu...
    Etre vierge, c'est ne pas savoir pour pouvoir tout accueillir...
    Etre vierge, c'est être assez pauvre de coeur pour oser tendre la main vers Dieu...
    Etre vierge, c'est avoir une âme totalement disponible.

    Marie est vierge: elle accepte de ne pas tout savoir, de ne pas tout comprendre; elle s'abandonne avec confiance entre les mains de Dieu... Elle a gardé assez de place, assez de virginité, assez d'humilité en elle, pour accueillir le don de Dieu et pour le laisser fructifier...
    "Je suis la servante du Seigneur; que tout se passe pour moi comme tu l'as dit."

    La poursuite de la route pour Marie va être abandon entre les mains de Dieu... Marie va se laisser transformer par Dieu pour un épanouissement plus grand! ("Dieu envoya l'ange" (v.26): c'est bien Dieu qui est à l'origine de la transformation de Marie (elle est vierge; bientôt, elle sera enceinte )).
  • On pourra, avec bénéfice, refaire une petite plongée dans les béatitudes ( voir en caté).
    "Dieu aime écrire sur les "pages" blanches."
    "Les coeurs nus peuvent être habillés de la grâce divine"
  • Les expressions qui disent l'humilité de Marie: 
    °Les mots "jeune" et "vierge" peuvent la dire (voir notes ci-dessus).
    °Le mot "servante" la dit plus fortement encore.
    °La phrase:"Comment cela sera -t-il possible?" indique l'écart entre ce que Marie perçoit d'elle-même et ce qu'elle pense de Dieu. Marie est troublée lorsque l'ange lui dit:"Tu as la faveur de Dieu; le Seigneur est avec toi..."... Pour elle, ce n'est pas possible! C'est "énorme"!
    °La phrase:"Que tout se passe pour moi comme tu l'as dit." nous parle de l'abandon de Marie. Elle ne comprend pas tout, mais elle l'accepte! Elle se laisse entraîner, elle fait confiance. L'important pour elle est de faire la volonté de Dieu... (Par cette phrase, Luc fait entrer Marie dans la famille "élargie" de Jésus. Voir Luc(8,21) et Luc(11,28). Nous avons ici une réponse à notre question (Marie et Jésus vont-ils se rejoindre?)...)
  • L'ange? Le nom Gabriel signifie Dieu est fort! Rien n'est impossible pour Dieu lorsqu'on lui fait confiance, lorsqu'on s'abandonne à sa volonté. Il peut nous porter, nous épauler, nous transformer...

     

    • Le bonheur: "Réjouis-toi, Marie!"
    • La présence, le soutien, le don de Dieu: "Le Seigneur est avec toi!"; "Tu as la faveur de Dieu!"; "Le Saint-Esprit viendra sur toi et la puissance du Dieu Très Haut te couvrira comme d'une ombre."
    • La transformation: (Elizabeth et Marie seront bientôt enceintes) source d'une vie nouvelle (elles auront un fils), source aussi d'un épanouissement plus Grand ("Il sera grand", "Fils du Dieu très haut", "un roi",...)
  • En se tournant vers Dieu, en lui faisant confiance,en accueillant l'Esprit qui transforme, Marie naît à une vie nouvelle et participe à la naissance pleine de Jésus, à sa naissance en tant que fils de Dieu... 
    Marie devient Féconde à partir du moment où elle s'abandonne au Souffle Divin...
    Marie absente des évangiles, c'est Marie présente d'une autre façon, plus discrète, plus priante ("Que Ta Volonté soit faite en moi et autour de moi..."). Marie porte Jésus comme une mère aimante porte son enfant...toujours...
  • En Luc (11,27-28), nous nous étions posés la question: "Marie est-elle heureuse?".
    Ici, Elizabeth nous répond clairement: "Oui! Marie est heureuse!" ("Tu es heureuse..."v.45 ) et l'enfant qu'elle porte en elle approuve aussi puisqu'il remue de joie. (v.44)
    .
  • En Luc (8,19-21), Marie reste dehors alors que Jésus est dedans; il y a comme une séparation,comme un mur infranchissable entre eux. Un peu plus loin, Jésus dit:" Ma mère, mes frères se sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la mettent en pratique."
    Certains parmi nous ont pu se poser la question:"Marie est-elle avec Jésus? Continue-t-elle le chemin avec lui?"
    Elizabeth nous répond aujourd'hui d'une voix forte, d'une voix sûre,certaine, d'une voix qu'on ne peut remettre en question: "Dieu t'a bénie plus que toutes les femmes et sa bénédiction repose sur l'enfant." 
    Bénir= dire du bien de... mais surtout: "être avec". Dieu est avec Marie et avec Jésus... Tous deux vivent dans la même circulation d'amour!
  • Dans le récit de l'Annonciation, Marie rencontre l'ange Gabriel (Dieu est fort) envoyé par Dieu... Marie a donc reçu une visite. Et cette visite étonnante, troublante, à laquelle elle a bien voulu donner suite ("Je suis la servante du Seigneur; que tout se passe pour moi comme tu l'as dit."), l'a mise debout, l'a déplacée ("Marie s'est mise en route"), l'a poussée rapidement (v.39: en hâte) sur une route difficile (elle va traverser le désert) mais riche de rencontres (Marie visite Elisabeth) et de bonheur ("Tu es heureuse").
    Tout ceci nous dit que la rencontre avec le Saint Esprit bouscule, étonne, émerveille! C'est un Tel Trésor, une telle Beauté, une telle Richesse qu'on ne peut le garder pour soi! Il faut Le dire, Le partager, Le communiquer avec toute la force de nos petits moyens... et tant pis si la route est dure! Si les coeurs alentour sont suffisamment ouverts alors l'Esprit Saint porté sera contagieux (Au moment où Marie salue Elizabeth, celle-ci est remplie du Saint Esprit...)
    La rencontre avec l'Esprit Saint détourne le regard de soi-même et pousse vers les autres.
  • Allons encore un peu plus loin:
    -->"Marie se mit en route" (v.39): Marie est partie, elle a pris le chemin qui conduit à Jérusalem (ville Lumière, ville du Temple, lieu du Saint des saints, lieu de Dieu). En quelques mots, Luc nous dit que Marie part sur le chemin de Dieu (Le vers 28 le disait déjà: c'était le "oui" de Marie.) et qu'elle suit ainsi la profonde aspiration de son âme... 

    -->Dire "oui" à Dieu, être la servante du Seigneur, c'est partir, se déplacer, quitter beaucoup... (Voir aussi Abraham).
    Marie quitte sa maison : tout ce qu'elle a construit autour d'elle pour se protéger, pour avoir moins peur, pour vivre plus tranquille, plus paisiblement... 
    Marie quitte sa famille : tous les liens qui manquent de souplesse, de liberté et qui "s'emparent" de l'autre pour le garder pour soi dans un bonheur toujours éphémère... Tous les liens qui empêchent de regarder ailleurs... 
    Marie quitte son village, ses habitudes, un certain confort, une tranquillité, des acquis... 
    Dire "oui" à Dieu, c'est se laisser dépayser, déplacer... C'est beaucoup abandonner de soi, se détacher... Parfois se laisser arracher...
    Marie a quitté son village mais elle n'est pas encore arrivée. La route qui mène en Judée est longue et traverse le désert...

    -->Marie passe par le désert (voir Moïse),par le moment où l'on n'est rien, tout juste un grain parmi des milliards d'autres (Qui est ma mère?)...
    Marie passe par la solitude, l'isolement (Jésus n'est pas bien reçu dans sa ville natale... Marie n'en souffre-t-elle pas?)... 
    Marie passe par le froid de la nuit, par la chaleur du jour...Marie passe par des moments d'incertitude...elle ne connaît pas la paix...
    Marie passe par la soif, par le besoin de l'eau qui désaltère, qui apaise... Marie passe par la recherche de l'oasis...
    Marie passe par le silence...par le moment de recueillement... par le moment où l'on déplace l'âme vers plus Beau, plus Grand...
    Et Marie arrive; elle entre dans la maison (v.40); elle n'est plus dehors mais dedans!

    -->Marie arrive et le bonheur est bien au rendez-vous!
    Au moment où Marie salue Elizabeth, celle-ci est remplie de l'Esprit Saint et son enfant tressaille de joie en elle. L'arrivée de Marie donne de la joie et cette joie circule puisque Elisabeth en offre aussi à Marie :"Tu es bénie! L'enfant que tu portes est béni! Tu es heureuse!" 
    Le Bonheur est là, palpable...

    -->OUI! Prendre le chemin de Dieu, c'est avancer sur le chemin qui mène au Bonheur... et ce bonheur est à partager!
  • Luc (1,26-38): Annonciation

     

     

    Lorsque les situations paraissent sans issue (Elizabeth est âgée (Luc 1,7); Marie est vierge),l'ange envoyé par Dieu annonce:

    Dans l'évangile, alors que Jésus marche déjà sur les routes, on perçoit la tension qui existe entre Jésus et sa famille, et le risque de fermeture, de déchirure. Avec son récit d'annonciation, Luc nous dit qu'il n'existe pas de situation désespérée, pas d'enlisement possible lorsqu'on garde sa main dans celle de Dieu (Dieu est fort). Il est à la source de toutes les transformations, de toutes les naissances, de toutes les fécondités pourvu qu'on le laisse faire... Et Marie est modèle d'abandon: "Je suis la servante du Seigneur!".......

    Dans l'évangile, nous avons vu aussi que Marie ne comprend pas toujours. Elle se pose des questions... L'ange Gabriel, dans le Premier Testament (Daniel), intervient aussi pour aider à comprendre, pour expliquer, pour saisir ce que le coeur sent confusément et que l'esprit a du mal à accepter... 
    On comprendra pourquoi Luc fait intervenir l'ange Gabriel auprès de Marie...

  • Luc (1,39-45): Visitation.

     

  • Luc(1,46-56): Magnificat.
  • Bilan Luc 1.
  • Luc (2, 1-7)
  • Luc (2,15-20)
  • Luc (2,22-35)
  • Luc (2,41-52)
  • Bilan Luc 2.

MARIE SELON JEAN:

L'évangile de Jean a sans doute été terminé vers la fin du premier siècle.

Jean (2,1-12).

-->Que nous apprend-il de Marie? (réflexions des enfants)

"Marie est invitée à un mariage; elle voit qu'il n'y a plus de vin et le dit à Jésus."
"Marie dit aux serviteurs:"Faites tout ce qu'il vous dira." "
"Marie part ensuite à Capharnaüm avec Jésus."

-->Petites pistes pour poursuivre:

*Chez Jean, Marie n'apparaît dans l'évangile qu'en deux endroits: au début et à la fin. Comme si elle encadrait la mission de Jésus; comme si elle la portait de manière discrète.

*Chez Jean comme chez Luc, Marie parle. Chez Luc, les paroles de Marie sont concentrées dans les récits de l'enfance. Chez Jean, elles sont concentrées sur une journée; une journée de noce, une journée d'alliance. Après cette journée, Marie se tait.

*Marie participe à un mariage en tant qu'invitée. Mais elle nous donne plutôt l'impression de porter la responsabilité du bon déroulement de la fête de noce, de la fête d'Alliance. On a l'impression que c'est elle la mère du marié.

*Marie voit l'absence, le manque de vin (le manque de ce qui réjouit, de ce qui fait que l'atmosphère, que la vie est conviviale) et s'en inquiète. Elle voit plus loin et plus tôt que les convives, que les amis, que les proches, et même que le maître de la noce. La première, elle voit le moment triste et sombre, le moment froid qui passe et efface la joie. Elle voit la tristesse, le sentiment de culpabilité des uns, la recherche d'un coupable, les départs, les reproches...la noce gâchée... Elle voit l'obscurité...

*Marie ne désire que le bonheur, que la joie de tous: des invités, mais aussi du marié et de sa famille. Elle parle alors à Jésus:"Ils n'ont plus de vin." (il manque ce qui réjouit le coeur). Elle ne demande rien; elle constate juste.

*A l'inquiétude de Marie, Jésus répond abruptement: "Quoi entre toi et moi?"(traduction littérale). Comme s'il existait un gouffre, une distance, une incompréhension forte entre Jésus et Marie (ceci peut nous faire penser au :"Qui est ma mère?" des synoptiques). Jésus et Marie ne sont pas sur la même longueur d'onde; il y a comme une séparation. Jésus a choisi son chemin, sa place d'amour et il lui faut la liberté, le détachement pour le poursuivre. Marie voit autrement (elle voit la difficulté, la souffrance, la tristesse, l'absence, le manque) mais elle doit s'effacer, apprendre à taire ses inquiétudes, apprendre à ne pas voir trop loin mais plus Haut, apprendre à voir différemment.

*Jésus dit aussi à Marie: "Mon heure n'est pas venue." (Chez Jean, l'expression "mon heure" désigne l'heure de la mort).Il atténue sa première réponse; il soulage un peu Marie. Pour lui, il reste du temps; et ce temps est à remplir de joie, de bonheur, de partage, de vie, des autres,... et non de larmes...

*Il n'existe aucun ressentiment chez Marie; elle ne s'est pas refermée . Bien au contraire, elle a écouté Jésus et elle a compris qu'il voulait, lui aussi, le bonheur des hommes! Maintenant, emplie de confiance, elle se tourne vers les autres en disant: "Faites ce qu'il vous dira!". Marie et Jésus se sont rejoints (réponse à une des questions des synoptiques).

*Ensuite, Marie se tait. Elle laisse Jésus poursuivre son chemin. Elle sait que le vin sera abondant, débordant, généreux...et que la joie sera au rendez-vous... elle a confiance!

*A la fin de l'évangile, on retrouve Marie, Jésus et ses frères ensemble... Communion rétablie? (voir Marc (3,33), Matthieu (12,48), Luc(8,21) ). En cette page de noce, dans laquelle nous sommes entrés comme des témoins de l'union entre deux familles, Jean nous apporte sa réponse .

Jean (19,25-27).

-->Que nous apprend-il de Marie? (recherche des enfants)

"Marie est près de la croix et Jésus la voit et Jésus lui parle."
"Jésus présente un nouveau fils à Marie: le disciple qu'il aimait."
"Jésus présente une nouvelle maman au disciple qu'il aimait."

-->Petites pistes pour poursuivre:

*Aucun des synoptiques ne parle de Marie auprès de la croix... Chez Jean, Marie encadre le temps de mission de Jésus: elle est là au commencement, le jour de l'Alliance, le jour de la joie (Cana); elle est là aussi à la fin, dans la souffrance, l'obscurité... dans le temps qui précède une Autre Alliance.
Pour Jean, Marie porte Jésus tout au long de sa vie. (C'est une réponse à la question des synoptiques: "Marie est-elle avec Jésus?")

*L'évangéliste Jean ne nomme jamais Marie par son prénom. Il dit: "femme" ou "sa mère" ou "la mère ". En parlant ainsi, il ouvre la maternité de Marie à une maternité beaucoup plus large... il donne aussi l'impression de s'adresser à toutes les femmes, à toutes les mères du monde et de les inviter à prendre modèle...

*Il ne nomme pas non plus le disciple que Jésus aimait... 
Qui donc peut bien être ce disciple? En Jean (14,21), nous avons peut-être notre réponse: "Celui qui retient mes commandements et leur obéit, voilà celui qui m'aime. Mon Père l'aimera et je l'aimerai aussi".
Le disciple que Jésus aimait et aimera, c'est celui qui suivait, et tous ceux qui suivront, ses commandements.
Et quels sont, dans la multitude des commandements, les plus importants pour Jésus? Rappelons-nous la réponse qu'il fait au scribe: Tu aimeras le Seigneur Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force... Tu aimeras ton prochain comme toi-même... (voir le plus grand commandement, 2ème trimestre).
Le disciple que Jésus aimait, aime et aimera, c'est celui qui était, qui est, ou qui sera capable d'amour envers le Seigneur Dieu et envers son prochain.
Jean ne nomme pas le disciple que Jésus aimait; un peu comme s'il voulait laisser la place libre, la place ouverte, la place offerte...

*En ne nommant pas, c'est notre personne que Jean interpelle... A-t-on vraiment envie d'aimer d'un amour sans frontière?

*A Marie, Jésus confie le disciple qu'il aimait: "Femme, voici ton fils"... Il lui montre l'un de ses frères.Il la pousse vers une autre maternité, il l'encourage à ouvrir sa famille, son coeur de mère à plus grand, plus nombreux, plus universel (réponse aux synoptiques: "Qui est ma mère? Qui sont mes frères? Ce sont ceux qui font la volonté de mon Père).
Au disciple qu'il aimait, Jésus confie sa mère: "Voici ta mère."
Au disciple bien aimé et à Marie, Jésus propose une nouvelle naissance!
L'amour ne connaît pas de barrière. Il est avec l'autre quel qu'il soit, où qu'il soit. Il l'accompagne dans la souffrance et dans la joie; dans le manque et dans l'abondance; dans l'obscurité et dans la lumière...

 

Pour CONCLURE :

merci au site "idées-Caté"

et Cliquez sur l'image pour mieux voir le tableau :

 

 

A partir du tableau on pourra noter l'adoucissement croissant de l'évangile de Marc à celui de Luc. (*La famille reste dehors --> la famille ne peut arriver à lui à cause de la foule. *Ils te demandent --> Ils désirent te parler --> Ils désirent te voir. *Qui est ma mère...? --> Rien chez Luc. *Les gens assis en cercle autour de lui --> les disciples --> tous. *Excepté dans sa famille,... --> Excepté dans sa ville natale.)

 

*Ceux qui ont étudié Matthieu commenceront: (voir bilan Matthieu).
-->Marie accueille le don de Dieu; elle reste ouverte à son action. (réponse à: "Marie fait-elle la volonté de Dieu?")
-->Marie est avec Jésus (on se souviendra que Matthieu insiste). (réponse à: "Marie et Jésus sont-ils ensemble?")

*Ceux qui ont étudié Luc poursuivront: (voir bilan Luc).
-->Annonciation: OUI, Marie est heureuse! Dieu est avec elle... Même si elle est troublée, même si elle se pose des questions, elle sait accueillir, s'abandonner, se laisser transformer. Elle veut bien être la servante du Seigneur. (Marie fait bien la volonté de Dieu; elle écoute la parole et la met en pratique.). Marie est, pour nous aujourd'hui, modèle de foi et d'abandon.
-->Visitation: OUI, Marie est heureuse! Dieu est avec Marie et avec Jésus (v.42); ils vivent tous deux dans la même circulation d'amour. Marie entre dans la maison; elle n'est plus dehors.(v.40) Elle rend visite; elle ouvre son regard vers les autres.
Marie est, pour nous, un modèle de croyante. Elle passe par nos chemins, nos difficultés, mais garde sa main dans celle de Dieu.
-->Magnificat: OUI, Marie est heureuse! Et elle le chante! Elle a trouvé un trésor, elle désire le partager...
-->Bergers: Marie ouvre sa porte aux plus pauvres, aux rejetés... Elle leur abandonne Jésus. Marie garde beaucoup en son coeur.
-->Siméon: Marie va souffrir mais elle va suivre Jésus.
-->Jésus au temple: Marie ne comprend pas tout mais elle fait confiance à Jésus. Elle cherche avec persévérance.

*Ceux qui ont étudié Jean termineront: 
-->Marie encadre la mission de Jésus. Elle est avec lui du début jusqu'à la fin.
-->Comme Jésus, Marie ne désire que le bonheur, que la joie de tous!
-->Marie est avec Jésus. Elle apprend peu à peu à s'ouvrir à une autre famille, plus grande

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+