Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

La Bulle du Pape

 

Mais qu'est-ce qu'une bulle ?


Une bulle est un document pontifical solennel traitant de questions de foi ou d'intérêt général pour l'ensemble de l'Église, ou accordant des grâces ou privilèges, ou encore portant sur des affaires judiciaires ou administratives.
Elle est rédigée par la chancellerie apostolique et authentifiée par le sceau portant le nom du chancelier ou autre, estampillé avec de l'encre rouge.


Bulle papale 1À l'origine, le terme de « bulle » désignait la capsule métallique, de forme ronde, « utilisée pour protéger le sceau de cire lié par une cordelette à un document d’importance particulière, pour en attester l’authenticité et, de ce fait, l'autorité ».


Avec le temps, ce terme en est venu à indiquer le sceau, puis le document scellé lui-même.
C'est ainsi qu'aujourd'hui, « il est utilisé pour tous les documents papaux d'importance particulière qui portent ou du moins, selon la tradition, doivent porter le sceau du Pape ».

Merci à Elisabeth de Lavigne
et au Site Aleteia pour ces précisions.

La Bulle Pontificale

 

À l'origine, le terme désigne le sceau de métal, en plomb, argent ou en or, attaché à un document pour l'authentifier.

Adoptant une pratique en cours à Byzance, la chancellerie papale commence au V° siècle à authentifier ses documents d’un sceau de plomb (la bulla) pour les documents ordinaires, d’une bulla d’or ou d’argent pour d’autres plus importants.
 

Des cordelettes de soie ou chanvre insérées dans le sceau tenaient le document fermé.

Sur le sceau (au xiie siècle) étaient frappés, d’un côté, les visages des apôtres Pierre et Paul, sur l’autre, le nom du pape régnant.

Bulle papale 2

En 1878, Léon XIII modernisa le style
en éliminant l'écriture gothique utilisée depuis le xiie siècle et la remplaçant par un latin moderne plus compréhensible.

 

Les sceaux de plomb furent abandonnés même si les documents continuèrent à s'appeler 'bulles'.
 

Jusqu'en 1903, les bulles étaient datées de l'année de l'Incarnation du Christ, qui commençait le 25 mars.

Le pape Pie X a modifié cette coutume (dans sa constitution apostolique Sapienti Consilio du 29 juin 1903), et prescrit d'utiliser le calendrier civil usuel commençant le 1er janvier.

 

Traditionnellement, la chancellerie pontificale distingue plusieurs types de bulles :

 

-- grande bulle, employée seulement pour les grandes occasions, de fait peu utilisée, qui se caractérise entre autres par l'ajout de in perpetuam memoriam (parfois abrégé en in. pp. m.) avant la bénédiction liminaire, et celui de la rota (empreinte de forme ronde comprenant le nom du pape)

 

-- petite bulle, d'emploi courant ;
 

-- bulla dimidiata (« demi-bulle »), bulle émise par un pape nouvellement élu, et non encore consacré, le sceau ne comporte alors pas le nom du pape.

 

Le sceau de plomb utilisé pour sceller les bulles est un sceau personnel,
le nom du pape y est gravé.
Il comporte également les effigies de saint Pierre (à droite) et saint Paul (à gauche).
On y lit au revers le nom du pape régnant (avec son numéro d'ordre).

La bulle peut être également scellée avec un cachet de cire et l'empreinte de l'anneau du pêcheur, symbole de saint Pierre.
 

Durant le règne du souverain pontife, le sceau et l'anneau sont tous deux conservés, depuis 1973 (motu proprio Quo aptius de Paul VI) par la Secrétairerie d'État, anciennement par la Chancellerie apostolique.

Lorsque le pape vient à mourir ou à renoncer à sa charge, le sceau et l'anneau qui portaient son nom sont détruits.

Le nouvel élu ne fait graver son nom sur le sceau que lorsqu'il a été sacré.

 

Merci au Site Wikipédia

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+