Gratuité : repousser les limites ?

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

« repousser les limites ? Oui, mais à quel prix ? ». Conférence-débat du jeudi 19 mars à Camblanes, avec Jacques FAUCHER, dans le cadre du Printemps de la Gratuité.

Gratuité : repousser les limites ?

 

Conférence-débat du jeudi 19 mars à Camblanes
dans le cadre du Printemps de la Gratuité.

 

« Repousser les limites ? Oui, mais à quel prix ? »


Jacques Faucher 2015-03

Avec Jacques FAUCHER
Médecin et prêtre, enseignant-chercheur en bioéthique
et aumônier du CCMF (Centre catholique des médecins français),
aumônier à Charles Perrens ...

 

 

Les pratiques changent vite, on n'a pas le temps de s'y arrêter...
Le grand danger, c'est le conformisme. Pourquoi, fait-on comme cela ?

 

La posture de base : c'est écouter.
Le mot ausculter vient de ce mot.

 

Une question pour chacun : combien de temps êtes-vous capables d'écouter quelqu'un sans l'interrompre ? sans parler de vous ?

Si chaque soignant pouvait donner une minute par jour et par patient… !
 

Ecouter l'autre pour élargir ma manière de voir.
Ecouter ceux qui viennent de cultures différentes... cela peut m' interroger sur ma manière de penser et cela peut élargir mon horizon.

Avoir des positions différentes oblige à découvrir d'autres richesses.
 

L'éthique : c'est l'autre
L'éthique quand j'écoute, je fais cela parce qu'il est autre, interroger quelqu'un, lui demander son avis va guider ma réponse.
Elle sera peut être différente de ce que j'avais prévu.
L'autre me convoque comme dit le philosophe Lévinas.

 

L'agonie est aujourd'hui un grand sujet.
Exemple :
Cette famille qui réclamait de stopper la souffrance de la mère et pensait à une sédation.
En prenant le temps de demander son avis à la patiente, de permettre à tous de se parler, et de s'écouter…
La mère explique que l'important pour elle est de rester en lien avec ses enfants le plus longtemps possible de manière consciente.
Cette conscience était plus importante que sa douleur.
Cela devait être dit et entendu.

 

Comment aborder les choses au lieu de se taire ?
Il est des façons de se parler et de s'écouter…
comment la médecine va-t-elle s'adapter à tous ces parcours ?

 

La mèdecine a ouvert de nouvelles perspectives.
Le progrès médical il est pour qui ?
La vie a augmenté de 30 ans en quelques années mais cela ne touche pas les gens de la rue. Attention à nos affirmations !

 

Axel KAHN : faut-il faire confiance aux scientifiques ?
Il y a parmi les scientifiques autant de fascistes que dans les autres catégories sociales…

 

Denis VALLS : invoque le poids du réel dans la souffrance.
La souffrance vient d'une chute des illusions. On rêve d'un monde sans échec.
Quand ça ne va pas bien dans nos vies… on ne supporte plus.

 

La Boëtie : qu'est-ce qui fait que les hommes se soumettent aux puissances(mauvaises).
La limite est à trouver dans ce que nous acceptons ;
D'où viennent les limites de nous ? Des autres ?
Quand nous nous comparons aux autres, à un idéal...

 

A chaque question complexe, il existe une réponse simple et claire mais fausse.
Comment les lois vont elles être mise en œuvre ?
Le droit ? La conscience ?
Comment j'y recours ou pas ?

 

Dans l'Evangile séparer le bon grain de l'ivraie est chose impossible,
il nous faut vivre avec des champs mélés.

Quand je vois ma famille, (et celle des ancêtres de Jésus) comment faire la leçon aux autres !

 

Les lois nous avertissent des problèmes. Comment suis-je renvoyé à ma conscience ? Comment puis-je penser autrement ?
Voir tout ce qu'on peut construire…
Il y a beaucoup de méconnaissance devant la diversité des situations, et avec les limites que nous avons…

 

Droit du patient, droit du mèdecin...
Il faudrait bâtir un troisième plan, celui du droit construit ensemble et non plus l'un contre l'autre. Mais construire ensemble demande un changement de mentalité
Cette coopération existe depuis deux ou trois ans.
Le mèdecin n'est plus forcément le plus compétent, c'est toute une équipe de professionnels.
Et le patient ?

 

Michel SERRES met en relation ces changements et le Christ (Dieu incarné) qui change nos façons de penser le corps.
Et si nous ne savions pas bien ce qu'est le corps humain ? ! ?
Car notre corps est toujours en relation avec d'autres corps (autre image du Corps du Christ)

 

Les textes des lois.
Ils deviennent plus  riches quand on les étudie ensemble, cet étonnement devant leur ouverture.
La morale quand elle est rigorisme est un danger.
L'important est d'accompagner les personnes.

 

Ce que vous êtes est devant vous, pas derrière vous.
Attention aux affirmations : tout se joue avant trois ans..., mais après il est un chemin pour grandir…

 

Actuellement, les personnels soignants sont plus formés à la réflexion que  les médecins.
Les protocoles... comment les mettre en œuvre quand il y a plusieurs maladies ?
Comment apprendre à réfléchir ensemble entre spécialistes avec tous les outils qui existent ? Comment individualiser ?

 

Parler, informer, c'est soigner.

RICOEUR :  la visé éthique, c'est la visée de la vie bonne, chère à Aristote

La vie : un problème de durée et de qualité.

 

.... et tant d'autres choses dites et partagées ...
Dany Choteau

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+