Mets ta joie dans le Seigneur

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Attente de l'Esprit de Pentecôte. Mets ta joie dans le Seigneur : Où en sommes-nous de notre joie et de notre zèle à vivre dans la louange et l’intercession l’attente de Pentecôte

Mets ta joie dans le Seigneur 


 

Les disciples sont dans une grande Joie (Luc 24,52) alors que le Seigneur leur a été enlevé dans la nuée. Ils sont dans la Joie, car ils attendent la promesse d’un Consolateur.

 

Où en sommes-nous de notre joie et de notre zèle à vivre dans la louange et l’intercession l’attente de Pentecôte, l’attente de la manifestation du Royaume, l’attente de la venue du Christ en gloire ?

 

Ils retournent à Jérusalem avec une grande Joie.
 

Luc (24, 36-53) nous donne de nombreux détails sur la pédagogie du Christ ressuscité pour que ses disciples soient prêts à la venue de l’Esprit sur eux.

 

Il se présente au milieu d’eux, ce qui les remplit de crainte, puis de joie lorsqu’ils le reconnaissent aux signes de sa passion.
Mais c’est le repas partagé qui leur permet de toucher du doigt la réalité de la communion qui continue à les unir.

Enfin, Jésus ouvre leur cœur à l’intelligence des Écritures concernant le Messie et la mission à laquelle ils sont désormais envoyés : prêcher la conversion et le pardon des péchés à toutes les nations, à commencer par Jérusalem.

Et pour qu’ils puissent accomplir cette tâche, Il leur demande de se préparer à recevoir l’Esprit promis par le Père pour authentifier en tout leur être, le témoignage qu’ils ont à donner.

 

Jésus peut alors les bénir et disparaître dans la nuée : ils sont dans une grande joie.


Le désir du baptême dans l’Esprit est au cœur des groupes de prière.
Nous avons tous vécu des temps forts de rencontre et de connaissance du Christ vivant.
Nous avons entendu de nombreuses paroles et enseignements qui ont touché nos cœurs.
Mais quel chemin à parcourir pour que ce qui a été semé en nous arrive à maturité, pour que notre intelligence, notre volonté et nos actes soient unifiés dans l’adoration, pour que nos groupes soient fraternellement unifiés dans l’Esprit et que nous puissions par ce même Esprit témoigner du Ressuscité.

En fait il faut que nous acceptions de retourner à Jérusalem, là où Abraham avait fait le sacrifice de son fils, là où Jésus a fait le sacrifice de sa vie et a ainsi révélé le vrai visage de l’homme et le vrai visage de Dieu qui l’arrache à la mort.

C’est souvent après la perte de ce que nous croyions être nos seules raisons de vivre que nous sommes prêts à devenir témoins de la Vie nouvelle qui vient de Dieu seul.

 

Ils étaient continuellement dans le temple.

« Ils étaient continuellement dans le temple, louant et bénissant Dieu » (Luc 24, 52).
La Pentecôte est pour les Juifs la célébration de la remise de la Loi par Dieu à Moïse au Sinaï.
Loi inscrite sur des tables de pierre et qui scelle l’alliance.
Loi qui trace pour Israël un chemin de vie et qui était précieusement conservée dans l’Arche d’Alliance, placée par Salomon dans le Saint des Saints du temple (I Rois, 8).

Tu ne tueras pas, tu ne commettras pas d’adultère, tu ne voleras pas…
Combien de fois avons-nous bafoué et bafouons-nous encore cette Loi de vie, depuis l’origine de l’humanité !
Le temple et les sacrifices qui y sont faits permettaient toutefois de renouer cette alliance et d’entrer dans le pardon de Dieu.

 

Mais si le temple lui-même est pollué, que faire ? « Vous avez fait de la maison de mon père un repaire de brigands » nous dit Jésus.
Cependant il dit aussi : « si vous détruisez ce temple, en trois jours, je le reconstruirai ».

Les apôtres et les disciples ont compris que le temple est désormais fondé dans la puissance de résurrection du Christ, et qu’ils sont eux-mêmes invités à y entrer, à devenir témoins de cette résurrection, car ils ont fait le deuil de toute prétention à se faire valoir par eux-mêmes.
 

Ils peuvent donc louer et bénir Dieu continuellement au nom de Jésus le Christ seul Seigneur et sauveur.


Nos groupes sont appelés à être des écoles, des lieux de préparation à la grâce de Pentecôte pour que toute l’Église soit envoyée et équipée pour sa mission.
Pour cela, ils ne sont pas appelés à demeurer cachés, mais à se tenir nuit et jour en tout lieu consacré à la prière, tournés vers Jérusalem dont nous sommes tous nés, et où la louange n’a jamais cessé, et à y faire monter la louange au Père, par le Christ en attente ardente du don de l’Esprit.
Cette louange monte à mesure que les cœurs se laissent totalement renouveler par la Parole et la contemplation du Christ et s’ouvrent à la compassion pour tout homme.
Marie, dont le cœur a été transpercé par le mystère du Christ, est pour nous une mère qui veille à nos pas hésitants sur ce chemin.

 

Devenons les pierres vivantes du temple de l’Esprit.

Pierre (I Pi 2,5) appelle les croyants à devenir les pierres vivantes de la maison habitée par l’Esprit, pour constituer une sainte communauté et offrir, par et en Jésus, des sacrifices spirituels agréables à Dieu.

Pierre comme Paul se considéraient vraiment comme de grands pécheurs, après s’être crus peut-être des héros de la foi.
Mais Jésus leur a fait passer un baptême de feu, à l’un par une question : Pierre m’aimes-tu ?, à l’autre par une révélation : Je suis celui que tu persécutes.

Comment pourrions-nous aujourd’hui annoncer la conversion et le pardon des péchés, sinon en ayant découvert combien nous sommes, nous les premiers, entièrement redevables au Christ de notre propre appel à son service.

 

Tenons-nous là où Dieu veut nous rassembler au vu et au su de tous, en Sa maison, celle dont le Christ est la pierre d’angle et la porte d’entrée, tout en reconnaissant en vérité combien nous sommes pécheurs et fragiles.

 

Alors nous pourrons, éduqués par Marie, fille d’Israël, que Jésus nous donne pour mère, être remplis de l’Esprit et de ses dons afin de devenir des serviteurs pleins de compassion envers tous ceux qui errent sur les places et les parvis, ou se replient dans leur isolement, en ces temps où Dieu veut inviter aux noces de son Fils.


rédigé par  Pierre CHIEUX
de Fraternité Pentecôte
mercredi 13 mai 2015

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+