L'or, l'encens, la Myrrhe

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

L'or, l'encens, la Myrrhe : L’Epiphanie, un échange de cadeaux.

L'or, l'encens, la Myrrhe

 

"Quand ils virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie.
Ils entrèrent dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui.
Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe."


L’Epiphanie, un échange de cadeaux

 

Dieu  offre un roi, les mages offrent de l’or.
Dieu s’offre lui-même, alors ils lui offrent de l’encens.
Dieu se fait homme mortel alors ils lui offrent de la myrrhe.

 

Quels vont être nos cadeaux offerts à Dieu.


L’or est un métal précieux, alors offrons à Dieu ce qui nous est le plus précieux, notre vie.
Les mages avaient rendez-vous avec un Roi : « Où est le Roi des Juifs qui vient de naître ? » alors leurs mains offrent de l’or. Mais Jésus, Roi, d’un Royaume nouveau, n’a ni armée, ni trône, ni couronne, son seul pouvoir est celui de l’Amour.
Notre personne, notre vie, voilà ce qui est précieux aux yeux de Dieu, voilà ce qui lui plaît.

 

La fumée de l'encens s’élève vers le ciel, alors offrons à Dieu notre foi et notre prière qui nous élèvent jusqu’à lui.
Les mages avaient rendez-vous avec Dieu, aussi ils se prosternent devant lui et tombent à genoux, ils lui offrent l’encens en signe d’hommage rendu à Dieu seul.
Soyons comme les mages, des hommes et des femmes en marche, curieux des choses de la foi, les yeux levés vers la lumière,

 

La myrrhe était une résine aromatique que l’on faisait brûler lors de l’ensevelissement des morts. Alors offrons à Dieu notre solidarité avec tous nos frères mortels.
Les mages avaient rendez-vous avec celui qui venait de naître et qui connaîtra comme tous les humains la mort. Ils lui offrent alors la myrrhe.

 

Cet enfant plus tard s’identifiera à tout homme, spécialement aux plus petits : « ce que vous ferez à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous le ferez. »
 

Alors notre solidarité avec nos frères en humanité sera notre solidarité avec Jésus Christ, voilà ce que nous avons à lui offrir aujourd’hui.

Gérard Naslin, prêtre

Merci au Site LE JOUR DU SEIGNEUR pour son replay

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+