BARRE 2013-11-08 Vendredi 31° sem du TO

Homélie du Père BARRE 2013-11-08 Vendredi 31° sem du TO

 

Luc 16 / 1-  8                                                                         (homélie reprise du 25° dimanche 2010)

 

« Nous sommes tous pires que cet intendant malhonnête ! »

 

          Au premier abord cette parabole paraît « scandaleuse » : Quoi ! Jésus fait l’éloge de la malhonnêteté !

         D’autant que ce filou d’intendant fait coup double dans cette histoire. En effet il compromet dans son mauvais coup les serviteurs de son maître. Ce n’est pas ceux à qui l’intendant a fait écrire 80 ou 50 au lieu de 100 qui vont le cafter auprès de son maître. Et de plus ils ont signé ! C’est un vrai faux que les débiteurs abusés pourraient présenter pour justifier de leur bonne foi !

          

Vous n’allez quand même pas dénoncer au fisc le garagiste ou le maçon que vous avez réglé en espèces, de la main à la main, pour éviter la T.V.A !

En faisant çà, - qui ne l’a pas fait ? - vous êtes pires que l’intendant malhonnête. Lui au moins il a fait signer un papier, vous, en payant de la main à la main, vous n’avez même pas fait un faux. Il n’y a rien. Aucune preuve. !

Disons-le tout net : si cet intendant de l’évangile est un faussaire, vous, vous êtes des mafieux !

 

Avant d’aller plus loin, posons-nous un instant. Et d’abord entendez bien, en disant VOUS j’ai pensé NOUS.  C’est vrai, lors de la fête que j’avais faite dans le pré du presbytère pour mes 50 ans de sacerdoce, j’avais payé de la main à la main nombres de fournisseurs, et adieu la TVA ! Cà fait 11 ans, il y a prescription, mais quand même, puisque je ressemble à cet intendant malhonnête, j’ai bien envie de voir ce qu’en dit Jésus… Et surtout pourquoi il fait son éloge ! Tous ceux qui ont évité la TVA se sentent déjà mieux !

 

Mais n’en soyons pas quittes pour autant. Jésus de toute évidence ne se place pas ici dans le registre de la Morale. Que loue Jésus dans le comportement de son intendant : il loue son habileté. Un peu comme je trouverais habile le « monte en l’air » qui a su escalader la façade de la banque pour commettre son larcin. Jésus ne loue pas la malhonnêteté, il dit seulement : ce filou a été habile. Et il en tire la conclusion évidente : vous êtes habiles pour les affaires temporelles et vous ne le seriez pas pour les affaires spirituelles ?

 

Mais il ne s’agira pas de la même habilité : l’intendant s’est  servi de l’argent. Mais quand  Jésus  dit : « Allez-y, faîtes des affaires avec de  l’argent. Jésus sait qu’avec de l’argent on se fait des amis. C’est sûr. Mais quel genre d’amis ?

Car il ajoute  un adjectif qualificatif après le mot « Argent ». Que dit Jésus : Il parle de l’argent « Trompeur »

Vous vous ferez des amis, c’est certain. Mais il y aura du mensonge dans votre relation amicale. Plus ou moins c’est vrai aussi : le gamin qui  se met d’accord avec son partenaire  à la belote pour tricher dans un jeu ce n’est pas la même chose que le président d’un grand club de foot qui soudoie un joueur de l’équipe adverse pour gagner un match de qualification. Et encore moins si c’est un député pour se faire élire en détournant de l’argent.

Mais dans tous les cas il y a le mot « trompeur » qui vient mettre la lumière sur l’un et l’autre mensonge.

 

Et rappelons-nous ce que Jésus ajoute : « Celui qui est  trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande. »

« Si vous n’avez pas été dignes de confiance avec l’Argent trompeur, qui vous confiera le bien véritable ? »

 

La sentence que prononce alors Jésus sera sans appel.  Il ne nous dit pas qu’avec de l’argent on ne se fait pas d’amis, Il nous dit qu’avec de l’argent vous vous faîtes des amis mais avec qui vous avez introduits une relation où il risque d’y avoir du mensonge. Mensonge plus ou moins visible, plus ou moins grave, mais c’est comme un mauvais germe dans une petite blessure. Ca peut s’envenimer. Et ça peut devenir aussi distant que la haine devient distante de l’amour.

 

Il m’est arrivé une fois une histoire assez cocasse. Des parents qui craignaient que leurs enfants ne se marient pas à l’église sont venus me trouver. Mr l’abbé, essayez de convaincre nos enfants de se marier à l’église. On saura vous récompenser.

Je savais que la somme ne serait pas minime. Comme ne serait pas minime aussi l’apaisement de tous. Oui, avec de l’argent on arrange bien des choses…

J’ai joué le naïf : Ah mais, cela change tout. Effectivement je vais étudier la chose. J’ai pensé alors à l’adjectif          « trompeur » ». J’ai donc répondu aux parents : « Eh bien, je vous promets : Quel que soit le résultat, je ferai une exception pour vous : Il n’y aura pas de quête au mariage et vous n’aurez pas d’enveloppe à donner. Votre argent aurait été « trompeur ».

Je les aurais giflés, aller-retour, sur les 2 joues je crois qu’ils n’auraient pas davantage rougi !

 

Dans l’évangile Jésus appelle « Mamon » l’argent aimé pour lui-même et non pour le service qu’il peut rendre.        Si le christianisme a une affinité particulière avec l’économie c’est dans l’espoir qu’elle peut améliorer le sort des personnes.  « Mamon » c’est l’argent  qui passerait avant les personnes.

 

Et comment pourrait-on servir Dieu et l’Argent ?           

 

 

AMEN