Barre 2013-09-06 vendredi 22° sem du TO

Homélie du Père Barre 2013-09-06 vendredi 22° sem du TO

Cor 4 / 1-5       Luc 5 / 33-39         

« Chacun à sa place : tout est bon ! »

 

            Essayons de recevoir le message de ces paraboles qui nous déroutent un peu en nous arrêtant d’abord à leur évidente simplicité !

            Les deux  paraboles partent d’une évidence !  Le vêtement neuf est préférable au vieux… et inversement le vin vieux est meilleur que le vin nouveau… !

            C’est vrai encore de nos jours : on ne rafistole pas un vieux vêtement en coupant dans un vêtement neuf et, même si c’est pour des raisons différentes, les grands crus mettent leur vin nouveau dans des barriques neuves !

 

            Ceci dit, toute la tradition des pères de l’église nous autorise maintenant à comprendre le symbolisme de ces images : Le vieux vêtement c’est l’ancien testament et le vêtement neuf c’est le nouveau testament ! De même le vin vieux c’est l’ancien testament, et les outres neuves c’est le nouveau !

 

            Mais du coup, si je veux comparer les deux testaments, les images qu’en donne Jésus annulent toute préférence : d’un côté ce serait le nouveau testament le meilleur, tel un tissu neuf,  mais de l’autre ce serait l’ancien, tel le vin vieux !

 

           Pour ne pas tomber dans cette facile dichotomie il faut lire ensemble les deux paraboles. Comment  ne pas privilégier un testament sur l’autre. Les lire non pour les faire s’annuler mutuellement mais pour que nous les laissions nous poser la question de fond : comment  l’un et l’autre testament vont se coudre sans se déchirer et sans qu’éclatent les outres.

 

            Jésus aimerait-il  les contradictions ? Certainement. Mais c’est pour nous faire réfléchir. En fait il est venu habiter les contraires, tel une semence que l’on jetterait entre les deux versants d’une terre ouverte.

 

            Car les deux testaments sont bons. L’ancien est bon. Le nouveau est bon.            

            La rupture n’est pas d’abandonner un testament  pour l’autre, mais de reconnaître que nous sommes dans l’un et dans l’autre, tissés à la foi de neuf et de vieux, vin vieux et vin nouveau à la fois, vieilles outres et outres neuves tout ensemble. Et si rien de craque c’est seulement parce que Jésus est là !

 

            Jésus est là, nous apprenant à vivre du ciel mais en étant encore sur le chantier de la terre. Et, pour nous aider à garder le moral, Il préparait ses disciples à son départ non en jeûnant mais en les invitant à se réjouir de sa présence !                                                               AMEN