Barre 2013-08-21 Mercredi 20 sem du TO

Homélie du Père Barre 2013-08-21 Mercredi 20 sem du TO

Juges 9 / 6-15             Mth 20 / 1-16   

 « Allez vous aussi à ma vigne ! »

 

         « J’embauche  ». C’est le cardinal Marty, alors archevêque de Paris, qui avait lancé le jour de Pâques 1978 ce célèbre appel : et j’entends encore Mgr Maziers, archevêque de Bordeaux, affirmer quant à lui : « C’est dans les périodes les plus difficiles que l’église se doit d’appeler avec force  »

        

         Jésus nous parle ce matin d’une vigne qui sera le théâtre d’une histoire  que St Mathieu compare au « Royaume des cieux »

         Etre dans la vigne, travailler dans cette vigne, voilà le Royaume des cieux.

Mais si c’est cela, n’est-ce pas ceux qui y sont entrés dés le début de la journée qui sont les plus chanceux. ?  Même si ils ont du endurer le poids du jour et de la chaleur ? 

 

         Se trouver chanceux d’avoir à travailler pour le royaume du Christ, la parabole change le sens que nous donnons alors à notre travail.     

 

          Pour ne pas rester dans l’illusion permettez-moi de vous rappeler l’intuition première de l’abbé Pierre quand il a embauché les premiers compagnons d’Emmaüs.

         Voilà des hommes qui étaient désœuvrés, rejetés de tous, et à qui il a proposé un travail dont la seule rémunération était…d’avoir travaillé pour les autres, pour mettre un toit sur quatre murs et abriter telle famille mourant de froid. Pour ramasser dans les ordures papiers, chiffons et ferrailles dont le bénéfice irait à plus pauvres qu’eux.

 

          Le salaire des compagnons d’Emmaüs était…d’avoir travaillés à cette vigne, à ce royaume où « demeurer en ce monde » comme l’avait dit St Paul est encore plus nécessaire que rejoindre le Christ pourtant si follement aimé.

          

         Il arrive en effet que les premiers soient les derniers et les derniers soient les premiers. Vous savez quand au super marché une caissière vient ouvrir une nouvelle caisse et que les derniers de la file passent les premiers de la nouvelle.

 

         J’avoue que je souris de cette « injustice » !  Mais là j’entamerai un autre débat                                          

                                                                                        AMEN