Barre 2013-08-08 Jeudi 18 sem du TO

Homélie du Père Barre 2013-08-08 Jeudi 18 sem du TO

Nombres 20/1-13      Mth 19 / 13-23

          Si dans la rue vous rencontrez un homme tondu habillé d’une grande tunique jaune dont l’un des côtés est remonté sur une épaule : à qui pensez-vous ? A un moine bouddhiste. Vous avez raison. Mais vous projetez sur lui tout ce que vous pensez des bouddhistes, vrai ou faux.

         Si dans la rue vous rencontrez un homme barbu, habillé d’une djellaba, avec une coiffure sans visière sur la tête. Vous pensez que c’est un imam musulman. Vous ne vous trompez pas mais vous projetez sur lui tout ce que vous pensez des musulmans, vrai ou faux. 

        Si dans la rue vous rencontrez un jeune homme habillé en soutane, vous devinez qu’il est prêtre, vous avez  raison  mais vous projetez sur lui tout ce que vous pensez de  ces prêtres en soutane, vrai ou faux.                                         Si dans la rue vous rencontrez un homme habillé d’une vaste soutane blanche et d’un scapulaire. Vous pensez que c’est  un dominicain et vous avez raison mais pour un peu,  vrai ou faux,  vous le rendriez responsable, des incendies criminels des châteaux cathares !

 Mais au fait  que pensez-vous de l’hérésie cathare combattue  par St Dominique  dont c’est la fête aujourd’hui ?

Sous couvert de pureté radicale c’était une sorte d’anti-Dieu.

Cette hérésie faisait peur à tout le monde : au roi de France quant à l’unité du royaume, au pape quant à l’unité de la foi. Et à Dominique elle faisait peur  aussi. Mais non plus pour des raisons politiques ou même des raisons de grandeur de l’église, c’était le zèle des âmes qui le brûlait. Il ne pouvait supporter qu’un seul de ces petits ne se perde dans l’erreur.

Dominique n’a pas reculé devant l’ampleur de la tache. Et c’est en fondant l’ordre des frères prêcheurs qu’il combattra l’hérésie cathare. Il ne fut ni pape ni même évêque. Il fut un homme de prière et l’évangile de ce jour convient bien pour résumer son œuvre et celle de son ordre : « Ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela mais mon Père qui est aux cieux. »

                                                                  AMEN