Barre 2013-08-04 18° dim du T.O

Homélie du Père Barre 2013-08-04 18° dim du T.O

Eccl 1 / 2 ; 2 / 21-23       Col 3 / 1-5. 9-11           Luc 12 / 13-21

« Vanité des vanités tout est vanité » 

Le livre de l’Ecclésiaste que nous lisions en 1ère lecture est un livre qui n’a pas de référence directe  à la croyance en Dieu. S’il  fustige la Vanité des richesses d’ici bas c’est finalement pour nous inviter  à en profiter tant qu’il est temps !  Le « Carpe Diem » des latins lui convient bien.

         C’est dire, selon l’ecclésiaste, que la peine que nous nous sommes donnée pour  accumuler les biens d’ici bas n’a de sens que si nous en avons profité sur cette terre.

 

         Alors comment  la lecture du plus  « mécréant » des livres de l’Ancien Testament,  peut-elle me permettre de mieux comprendre le passage le plus « évangélique » du Nouveau ? A savoir l’évangile d’aujourd’hui qui nous invite à « être riches… en vue  de Dieu » ?

         Tout est dans ce que nous disons par  « être riche en vue de…. »

 

         L’incroyant  va devoir se contenter d’être riche « en vue de son  soi ». Au fond c’est comme si il était son propre héritier.  Car après il n’y aura plus rien. Cela suppose un abandon radical !

         Le croyant va chercher à « être riche en vue  de Dieu » Mais que met-il sous ce mot de Dieu ? Si c’est pour hériter indirectement des richesses qu’il avait accumulées de son vivant, faisant de Dieu une sorte de banquier, l’abandon de l’incroyant n’est-il pas plus proche du vrai mystère de Dieu ?

 

         Je repense avec effroi à ce que pouvait receler de fausses images de Dieu le chant que le jour de leur première communion  l’on faisait chanter aux  enfants : « Prends ma couronne, je te la donne, au ciel n’est-ce pas, tu m’ la rendras !

         Je te donne mais je reprends. Quand j’étais gamin on disait : « Celui qui donne et qui reprends est le fils du serpent. » 

                                                                                     AMEN