BARRE 2013-08-02 Vendredi 17 Sem Du T.O

Homélie du Père BARRE 2013-08-02 Vendredi 17 Sem Du T.O

Lév 1 / 4-11. 15-16. 27.34b-37      Mth 13 / 54-58

« La Foi qui sauve »

         Les habitants de Nazareth sont  « choqués » : Ils connaissent  ce Jésus comme l’un des leurs : bref, un nazaréen normal.  Or il fait des miracles ! 

         A lire le texte de St Mathieu c’est leur résistance à croire qui « bloque » les pouvoirs de Jésus. Mais on peut envisager ce blocage pour deux principales raisons et j’avoue à l’avance que les deux demandent à être bien comprises…

 

         Ainsi on peut penser que Jésus, vexé, se venge à sa façon. Un peu comme le ferait le représentant qui, pour me punir de ne pas m’être intéressé à sa marchandise, ne va même pas me la montrer…

         Mais on peut penser aussi que les « miracles » de Jésus dépendaient de la confiance que lui faisaient les malades comme on le ferait à un guérisseur : rappelons-nous sa réponse à l’hémorroïsse : « ta foi t’a sauvée », ou au père de l’enfant épileptique : « tout est possible à celui qui croit », et que dire de la foi de Marthe qui obtiendra la résurrection de Lazare : « Moi je suis la résurrection et la vie….Crois-tu cela ? » Elle répondit : « oui Seigneur, tu es le Messie, je le crois ! »

 

         Aucune de ces motivations pour refuser de faire un miracle ne ressemble à Jésus ? Pas si sûr ! Faisons  passer de la tête au cœur la compréhension de ces réponses.

         Non, Jésus ne se venge pas en ne faisant pas de miracle à Nazareth. Jésus ne veut  convertir personne de force. C’est dans un OUI entièrement libre qu’il nous attend. Toute faiblesse pour en atténuer l’exigence ne serait que fausse récupération.

 

         Quant au salut par « la foi » comment ne pas y croire ? Mais attention il s’agit de  « la foi qui sauve » l’être  tout entier, corps et âme, pas  seulement de la foi qui guérit une maladie du corps.

 

                                                                           AMEN