BARRE 2013-07-08 Lundi 14 sem du TO

Homélie du Père BARRE 2013-07-08 Lundi 14 sem du TO

 

Gen 28 / 10 - 22a    Mth 9 / 18 – 26                               ( cf  2007)

 

            Nous savons combien le songe de Jacob  a inspiré les peintres, les poètes et les mystiques : cette échelle au long de laquelle les anges montent et descendent, le cri de Jacob à son réveil : « Le Seigneur est dans ce lieu »  et puis cette stèle qu’il dresse avec la pierre sur laquelle il avait reposé sa tête….

 

          Sur le conseil d’Isaac son père, Jacob est parti de Chanaan pour chercher une femme dans la parenté de Rebecca sa mère.  Il sait en gros où il va, il sait qu’il part chercher une femme, mais surpris par la nuit et perdu dans un endroit qu’il ne connaissait pas, il doit avoir un gros coup de cafard.

          Contemplons l’instant : Jacob n’est pas sans projet. Encore une fois s’il a quitté ses parents c’est pour, à leur conseil, aller chercher la femme que le Seigneur lui destine. Il n’est pas sans projet, mais tout d’un coup, comme il nous arrive quelquefois, c’est comme si l’horizon s’est  bouché.

          Jacob a pris une pierre pour y reposer sa tête. Il s’endort, avec comme oreiller, une pierre ! Et c’est dans ce sommeil, avec cette pierre comme oreiller, qu’est donné à Jacob la plus mystique des révélations : entre la terre et le ciel il y a un lien. Un lien symbolisé par cette échelle sur laquelle les anges montent et descendent. Le Seigneur est dans ce lieu. Mais qui est-il le Seigneur sinon celui qui, tout en restant dans les cieux, communique avec les hommes !

 

          Oui, encore aujourd’hui, alors que nous avons des désirs d’avenir encore pleins la tête, mais que tout d’un coup le découragement,  comme un sommeil pesant nous envahit, c’est souvent là que Dieu vient nous révéler la réalité de notre songe : « Vraiment le Seigneur est dans ce lieu et je ne le savais pas. »

 

          Il vous reste une minute d’attention ? Alors, n’oubliez pas ! Quel est l’objet qui reste la clé, le sésame de ce texte. Que l’on trouve au début du récit et qui clôt le récit ?   LA PIERRE

          C’est la tête reposant sur cette pierre que Jacob s’endort pour faire le rêve le plus merveilleux qui soit…il deviendra réalité : C’est ici la porte du ciel.

          Mais cette pierre, nous savons ce qu’elle est en réalité : la pierre angulaire, le Christ Jésus sur lequel, même accablé de fatigue et de doute, nous avons le droit de rêver….de la réalité du ciel.

On a fait dire à Jésus qu’il n’avait même pas une pierre pour reposer sa tête. Mauvaise traduction. Jésus disait qu’il n’avait pas trouvé d’endroit où reposer sa tête !  Car la pierre c’est Lui. Un jour elle sera dressée sur la croix, comme cette stèle dressée par Jacob qui nous rappelle qu’en dormant dessus, il avait eu la vision d’un Dieu qui ouvrirait une porte entre le ciel et la terre.                                                                                 AMEN