BARRE 2013-06-28 Vendredi 12° sem du TO

Homélie du Père BARRE 2013-06-28 Vendredi 12° sem du TO

Gen 17/ 1. 9-10. 15a. 16-22      Mth 8 / 1-4

« L’homme à l’arrêt. »

 

            Un exégète dont je ne me rappelle plus le nom – mais cela ne l’empêche pas d’être compétent ! – nous disait, lors d’une session biblique : « Quand vous lisez un texte, ne vous attardez pas seulement sur ce que vous avez compris et qui vous semble immédiatement clair et évident, mais restez en méditation sur ce qui vous semble contradictoire et incomplet… »

            C’est ainsi que dans le court évangile de ce matin je relève trois « zones d’ombre » …sur lesquelles je dois me pencher en priorité.

 

            Quand Jésus descend de la montagne, Mathieu  nous dit que « de grandes foules se mirent à le suivre ». Si je lis la suite, il est question d’un lépreux qui s’approche. Il est donc au milieu de la foule.

            Première incohérence : La loi interdisait aux lépreux de s’approcher des gens en bonne santé…

            Deuxième incohérence: Jésus le touche.  Double violation de la loi ! Comment toucher quelqu’un qui n’aurait pas du s’approcher !

            Troisième incohérence, la consigne que Jésus donne au lépreux : « Ne dis rien à personne. » N’oublions pas que le miracle a été fait devant « une grande foule ». Alors que signifie Ne dis rien à personne  quand la chose a été vue par une foule ?

 

            Comment sortir de ces impasses ? Deux réponses…contradictoires évidemment : Déjà j’annonce que j’ai choisi la 2° solution :

            Première réponse : ne pas entrer dans le sujet,  un peu comme sur une route nous voyons qu’une barrière interdit l’entrée d’un chemin sans issue !

            Deuxième réponse : s’y installer et faire « l'homme à l'arrêt" ou « l’homme debout » comme ces manifestants à Istanbul place Taksim

 

            Les jeunes turcs, immobiles, « hommes debout »  tournant les yeux vers l’image du fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk.

             Les jeunes chrétiens, immobiles, « hommes à l’arrêt » tournant leur regard vers leur fondateur présent dans  le Saint Sacrement : Jésus !

 

            Demander alors  à l’Esprit Saint de me permettre d’accueillir  ces contradictions, de les habiter. La réponse ne vient pas de nous !  

                                                                                                                      AMEN