BARRE 2013-02-26 Mardi 2° semaine de Carême

Is 1 / 10. 16-20       Mth 23/ 1-12


« Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul enseignant, et vous êtes tous frères. »
Il me tarde de savoir comment Benoît  XVI sera appelé après son départ. 
Va-t-on encore l’appeler «  sa sainteté » ?
Les « grands » de ce monde continuent à porter le nom de leur plus haute fonction. « Monsieur le 1er ministre … » Lors de je ne sais plus quelle inauguration c’est ainsi que le préfet saluait le maire de Bordeaux,  Alain Juppé,  qui venait pourtant  d’être débarqué de son poste de 1° ministre !
Alors, va-t-on toujours appeler Benoît XVI « Sa Sainteté » ?

Je ne le pense pas mais j’avoue que cela ne me gênerait pas !

 

Durant son pontificat Benoît XVI a si souvent été incompris de ceux à  qui, au sein ou en dehors  de l’église, il avait vainement tendu la main, Benoît XVI  a essuyé tellement d’humiliation, a assumé tant et tant de décisions courageuses face aux scandales pédophiles, et a donné à maintes reprises tant et tant de preuves de la vérité de sa foi, que s’il ne méritait plus à titre « honorifique » d’être appelé « Sa Sainteté » je crois  qu’il mériterait plus simplement celui de « saint »…d’autant qu’il est loin de le revendiquer.

Et si d’aucuns lui reprocherait d’avoir abandonné le navire en abandonnant son poste qu’ils se souviennent que ce n’est pas ce qu’il a dit : C’est dans le silence et la prière qu’il continue à veiller sur son église.

 

      AMEN