L'église de Sallebœuf sur le net

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Ce que le net dit sur l'église de Sallebœuf ... via le Site de la Commune de Sallebœuf

L'ancienne église de Sallebœuf

Au début du XIVe siècle, une subvention accordée par Bertrand de Goth, Archevêque de Bordeaux, permit de construire la première église de Salleboeuf, qui devint alors une paroisse. En 1635, cette église s'appelait "Saint-Ciers et Sainte-Jilite", ou "Saint-Cyr et Sainte Juliette".

Vers 1860, son état de vétusté lui valut d'être remplacée par le bâtiment que nous connaissons aujourd'hui, érigé à la gloire de "Sainte-Marie" par l'architecte ALLAUX, en 1866.

On peut y admirer aujourd'hui les lustres offerts par Gustave Eiffel à l'occasion du mariage de son fils Edouard Eiffel.
 

Les vestiges de l'ancienne église sont encore visibles à l'Ouest de la place Carnot. N-Dame Patène SLBF

Une chapelle récupérée lors de la démolition de l'église

"Saint-Cyr et Sainte Juliette" à été réimplanté dans l'église actuelle. 
 

Au carrefour du D. 13 et du D. 241,

une statue de Notre-Dame de Patène

est élevée pour que les routiers et voyageurs

lui rendent hommage en échange de sa protection.

 

La Nécropole

  

La place de Salleboeuf (place Carnot) est l’un des hauts-lieux de l’histoire du village.

Déjà occupé à l’époque gallo-romaine, le site présente encore les derniers vestiges de l’ancienne église romane de la paroisse.
 

En 2001, des fouilles archéologiques ont mis au jour une nécropole (ensemble de sépultures regroupées en un même lieu) des VIIe – VIIIe siècles.

Le relevé des neufs sarcophages (coffres bâtis en sarcophages monolithes) a permis de mieux connaître l’emprise et l’organisation de cet espace funéraire.

L'église au cours du temps

L’église romane (Saint Cyr ou Sainte Julitte) a été construite au XIe ou au XIIe siècle, à même la nécropole dont on ne sait si elle était accompagnée d’un édifice religieux, détruit à l’occasion de la construction de l’église.

L’église a été construite par étapes.

De style roman, elle se composait de deux nefs asymétriques inégales en longueur et en largeur.

Il ne restait de l’époque romane qu’une partie du mur Sud et celui de la façade Ouest de la nef principale.

C’était un petit appareil cubique semblable à ceux qu’érigeaient les romains.

 

Un siècle et demi après la première construction, donc au XIIIe, on bâtit un clocher, une tour longue, au-dessus du chœur et au Nord, un bas coté d’au moins deux travées.
 

Son agrandissement est dû à l’archevêque de Bordeaux, Bertrand de Goth, né à Villandraut, mort à Roquemaure le 20 avril 1314 et inhumé à Uzeste (Gironde).

 

Les relevés stratigraphiques ont aussi montré que les inhumations ont toujours eu lieu au même endroit.

Le dessin de l’église de SALLEBOEUF qu’a réalisé le marquis de Castelnau montre du reste au premier plan les monticules de sépultures surmontées d’une croix.
 

Au début du XIVe siècle, sous l’impulsion de Bertrand de Goth devenu le pape Clément V et son aide, on avait reconstruit le chœur de la nef principale, puis, au XVe siècle, le sanctuaire et les deux travées orientales des bas cotés.

 

église salleboeuf choeurLe porche et la sacristie dataient du XVIIe siècle.

Vers 1860, son état de vétusté lui valut d’être remplacée par le bâtiment que nous connaissons aujourd’hui, de style gothique, érigé à la gloire de « Sainte Marie », par l’architecte bordelais Gustave Allaux en 1866.

 

C’est une des rares églises construites en une orientation Nord-Sud car, en principe, elle devrait être orientée comme la plupart des autres églises, Est-Ouest.
 

Sainte Marie de Salleboeuf conserve entre autres

- une chapelle récupérée lors de la démolition de Saint Cyr et Sainte Jullite, chapelle située dans le transept droit et reconnaissable au médaillon en clé de voûte portant ce sigle,

et de nombreux dons de salleboeuvois,

- des vitraux,

- les magnifiques lustres en cristal offerts par Gustave Eiffel,

- des peintures,

      - des tableaux et plusieurs souvenirs qui témoignent de l’attachement des     gens du village à leur foi et à leur église.

 

Deux grands lustres anciens servent à compléter l’éclairage naturel de la nef, tandis que deux exemplaires plus petits jouent le même rôle dans le chœur.

Ce sont des lustres à cristaux dont les diverses formes de pendeloques sont fixées sur des supports en bronze doré.

Des flammes, ampoules de forme allongée, surmontent de fausses bougies et constituent l’élément électrique de l’ensemble.

Les lustres furent offerts par Gustave Eiffel à l'occasion des mariages de ses petites-filles, Henriette et Marguerite Eiffel, mariages qui ont eu lieu la même année, en juillet et en septembre. (Source : Joelle Colignon et Françoise Coupery)

 

Blason Salleboeuf 

Merci au Site de la Commune de Sallebœuf

(Cliquez sur l'image pour en savoir plus)

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+