Saint Etienne, patron de Loupes par Germaine

Lorem ipsum dolor sit amet

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Saint Etienne de Loupes, "Petite histoire des grands saints patrons de nos églises" par Germaine Courau

Saint Etienne de Loupes

 

L'immense procession des martyrs s'ouvre avec Etienne : premier après Jésus-Christ à témoigner par sa mort du salut. Premier diacre aussi. Avec lui et ses compagnons s'amorce le long processus d'organisation de l'Eglise à l'initiative des hommes.

Etienne "homme plein de foi et d'Esprit Saint", est choisi pour le service (diaconia, en grec) des plus pauvres, afin que les apôtres puissent se consacrer entièrement " à assurer la prière et le service de la Parole" (Actes, VI). Les actes racontent encore qu'il n'hésitait pas à aller débattre avec les juifs pour leur montrer que Jésus qui avait été crucifié était vraiment le Messie annoncé par les Ecritures. "En écoutant tout ce qu'il disait les juifs s'exaspéraient contre lui et grinçaient des dents" 

Ils n'acceptent pas cette " nouvelle secte " et c'est l'arrestation: il est traîné devant le sanhédrin sous prétexte de blasphème contre Dieu. Devant tous il proclame sa foi et est saisi d'une extase. Et quand il déclare qu'il "contemple les cieux ouverts et Jésus dans sa gloire" c'est un déchaînement de violence contre lui.

Tout le monde connaît son supplice et l'église de Loupes possède un vitrail qui montre Etienne portant dans son habit les pierres de sa lapidation. 
Un certain Saül surveille les vêtements des bourreaux : ils s'en sont débarrassés pour être plus à l'aise pendant leur vilaine besogne : "Seigneur, ne leur compte pas ce péché" dit Etienne avant de s'endormir dans la mort, probablement en l'an 36.
On peut supposer que ces pierres ont pesé lourd sur la conscience de Paul pour le reste de sa vie!

Ensuite le corps du martyr est abandonné sur place un jour et une nuit, exposé aux bêtes .... qui ne le toucheront pas !
Un pharisien, ému par le sort du diacre, le fait enlever en secret et le fait déposer dans un caveau, non loin de Jérusalem.
Quatre siècles passent, nulle trace ne subsiste de ce premier disciple mort pour Jésus.

 

Après le songe d'un moine nommé Lucien, en 415, on retrouve son corps. A l'ouverture du caveau la terre tremble, et de très nombreux malades présents sont guéris.
 

Etienne est à l'origine de très nombreux prodiges et miracles en particulier en Afrique, la conversion de Saint Augustin en fait partie ainsi qu'un autre d'une moindre portée, mais qui ne nous laisse pas indifférents, nous gens de l'Entre deux mers : un viticulteur trouvant son vin " détérioré" en fit toucher un échantillon aux reliques du saint et, c'est un fait reconnu à l'époque, "son vin retrouva sa couleur et son goût". Bravo !
 

Sa popularité explose au passage de ses reliques : j’ai compté pour la France soixante quatorze communes qui portent le nom de ce "médecin des corps et des âmes".
 

Loupésiens ou non, que pouvons-nous glaner de sa vie, pour parfaire la nôtre ?
 

Puisqu'il faut choisir, je choisis sa liberté de parole : dire ce que l'on croit, simplement, sans peur des sourires ou des moqueries n'est pas facile mais ne peut que nous faire grandir. N'est-ce pas ?
 

Saint Etienne est fêté le 26 décembre.

 

Germaine Courau

26 02 2010

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+